Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:40

 

Comment écrire

un roman

a déménagé.


Vous allez être redirigé vers la nouvelle adresse dans quelques secondes

http://comment-ecrire-un-roman.eklablog.com/

A tout de suite !

(si ça marche pas, cliquez sur le lien (mais ça, vous aviez compris))

Published by Aloysius Chabossot
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 16:32

Bonjour chers amis !

J'ai le plaisir de vous présenter mon dernier roman qui s'intitule, comme vous avez déjà pu le deviner si vous êtes un fin observateur : "La malédiction des vampires du crépuscule".

Mais qu'est-ce donc ?

"La malédiction des vampires du crépuscule", c'est une enquête policière à couper le souffle, menée tambour battant par le légendaire inspecteur Guacamol, aidé dans sa tâche par sa secrétaire (intérimaire) la pimpante Milena, qui apporte sa touche glamour frippon à cette ténébreuse histoire d’enlèvement dans le milieu prestigieux du show-bizness.

A la croisée de l’inspecteur Clouseau (pour le sens de la déduction) et de Frank « Y a-t-il un flic » Drebin (pour le goût de l’action), Guacamol est un policier hors norme, doté d’une logique bien à lui qu’il réussit néanmoins, grâce à un charisme à toute épreuve, à imposer à son entourage ébahit.
Pour les besoins de son enquête, il se retrouve plongé dans un monde où l’absurde prend nettement le pas sur la réalité, un monde où les chanteuses de charmes ont des moustaches, les secrétaires dansent sur les bureaux, où les gangsters éventrent des nounours en peluche… Le résultat : un roman trépidant et iconoclaste, où flotte bien souvent l’esprit du non-sense et des Monty Python. 

Extrait :
Une fois de retour à l'hôtel de police, Milena entreprend de préparer des spaghettis carbonara dans la bouilloire du service [...]
— Vous, vous n'avez pas l'air dans votre assiette, dit Milena d'une voix détachée tout en versant une généreuse portion de pâte dans le mug du policier.
— Comme par hasard il n'y a pas un seul lardon dans ma portion, grogne Guacamol les mâchoires serrées..., et qui c'est qui va tous les récupérer, hein ?
— Dites-moi plutôt ce qui vous tracasse...
— J'ai un mauvais pressentiment sur le dossier Bruckner, j'ai peur qu'il lui soit arrivé quelque chose de sérieux.
— Je voulais dire : ce qui vous tracasse vraiment...
— Eh bien... pourquoi les lardons ne se répartissent-ils jamais de façon homogène dans la carbonara ? C'est un truc que je n'arrive décidément pas à piger, et ça me rend malade ! Je suis rarement grossier, mais : merde !

Si vous voulez acquérir l'ebook de "La malédiction des vampires du crépuscule" pour la modeste somme de 1,02 euros, rien deplus simple : il suffit de cliquer sur l'image juste en dessous.

 

LA MALÉDICTION DES VAMPIRES DU CREPUSCULE

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 11:17

La machine à bonheur serait-elle la solution ultime pour tous les célibataires ?

Que faire lorsque sa femme nourrit une passion envahissante pour son animal de compagnie ?

Comment s’y prendre pour emmerder un maximum de monde et laisser ainsi une trace sur terre ?
 

« 60 contes express », 60 univers qui se succèdent, tour à tour drolatiques, cyniques, cruels, et parfois tout ça à la fois ! Des histoires courtes, tranchantes, aux chutes surprenantes, voire déconcertantes… Des personnages - employés de bureau, maris et femmes, amoureux, livreurs de pizza...- en prise avec les incertitudes de l’existence, et qui finissent toujours par trouver une solution. Pour le meilleur ?

Au lecteur d’en décider…
 

couvred-copie-3


Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:58

Grâce à une campagne promotionnelle absolument ébouriffante, il faut bien le reconnaître. Qu'on en juge !

 

 

Face à l'invasion de grivoiseries yankees, achetez français !

montebourg.jpg 

Lucidité...

 ELJames

 

 

L'avis de Brad Pitt :

Beaute.jpg

 

 

Méfiez-vous des imitations ! Exigez l'original !

E-L-James-auteur-de-Fifty-Shades-of-Grey.jpg

 

Toujours disponible sur amazon et l'Ibook store (dépéchez-vous cependant, il ne reste plus que quelques exemplaires !)

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:13

Pour accompagner le lancement de "50 nuisances de Glauque", la parodie du désormais célèbre avant même d'être sorti "50 nuances de Grey", voici un blog où l'on peut lire des extraits du livre (cliquez sur l'image) :

blog Image3

"50 nuisances de Glauque" s'inscrit dans la tradition de la parodie, c'est à dire que le roman reprend dans ses grandes lignes l'histoire de l'original, en introduisant toutefois quantité de décalages et d'effets caricaturaux qui portent le tout vers la dérision et le rire.

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 16:52

La parodie de "50 nuances de Grey" est désormais en ligne.

projet-2-couvcouleur.jpg

On peut lire un extrait sur amazon ( ou en cliquant sur la couverture ci-dessus) Il est également disponible sur l'ibook store, sur la FNAC/Kobo, au prix de 2,99 euros.

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 08:57

La parodie* du désormais célèbre roman qui a lancé la mode du "mommy porn" outre-atlantique sortira à la mi-octobre. Voici la couverture retenue pour l'occasion :

Pour la petite histoire, le projet de maquette ci-dessous a été abandonné pour des raisons de droit...

 

Résumé :
Anastasie Style, jeune étudiante en Lettres à l’université de Créteil remplace au pied levé sa coloc Jennifer Assoudé et part interviewer Christian Glauque, richissime magnat de l’agro alimentaire, surnommé le « roi de l’andouille » (car c’est précisément ce que ses usines produisent).La rencontre ne va pas très bien se passer entre le bizness man hautain et l’étudiante qui n’a pas la langue dans sa poche. Hasard ou nécessité, leur chemin va néanmoins se croiser à nouveau dans des circonstances à chaque fois un peu plus échevelées, jusqu’au feu d’artifice final…

 

*La parodie est une forme d'humour qui utilise le cadre, les personnages, le style et le fonctionnement d'une œuvre pour s'en moquer, et là, force est de constater qu'il y a de quoi faire !


Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 11:19

Parution à la mi-octobre de ce brûlot sensuel et orgiaque qui fera passer le Marquis de Sade pour un émule de Barbara Cartland...

 

50-nuisances-de-glauque-copie-1.jpg

 

50 nuisances de Glauque par Aloysius Chabossot
Disponible sur amazon, fnac.com et sur l'App Store.

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 15:35

Difficile d'en dire plus pour le moment...

Voici néanmoins quelques élements de la campagne de "teasing" qui bat son plein actuellement sur tous les internets de la planéte. Cela devrait permettre aux plus perspicaces de deviner de quoi il retourne (plus ou moins)...

Un roman signé AC prévu pour la mi-octobre

 

Un roman signé AC prévu pour la mi-octobre

 

 

Un roman signé AC prévu pour la mi-octobre

Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 12:09

J’ai reçu ce matin un mail très touchant, que je porte sans plus attendre à votre connaissance.

 

Monsieur Chabossot,

Je me permets de m’adresser à vous car la douceur de votre regard sur la photo qui orne votre blog me laisse à penser que vous êtes un ami des bêtes.

Je m’appelle Clément Houellebecq. Pour être tout à fait honnête, je m’appelle Clément tout court, mais si j’ai pris la liberté d’accoler à mon modeste prénom le patronyme de mon illustre maître, c'est pour que vous lisiez ma lettre jusqu’au bout (D’expérience, les gens n’accordent que peu d’attention aux propos d’un Clément, surtout si c'est un chien).

Michel m’a acheté dans un chenil de Seine-et-Marne en 1992. J’étais jeune à l’époque, un peu fou, et je me souviens que cette vitalité avait séduit mon futur maître, peu enclin pour sa part aux débordements euphoriques.

A cette époque, Michel était un gentil garçon employé comme informaticien au Ministère de l’agriculture. Le soir, pour se détendre de ses longues et harassantes journées, il écrivait des poèmes qu’il me déclamait ensuite d’une voie monocorde tandis que je regardais “Question pour un champion”. Globalement, je n’avais pas à me plaindre de mon existence; la gamelle était toujours copieusement remplie et j’avais même obtenu la permission de dormir dans le lit de mon maître, collé contre sa peau, certes flasque, mais tiède.

Un jour, Michel entreprit d’écrire un roman. Il attaqua bille en tête, avec à l’esprit une vague trame mettant en scène un lapin pourchassé par un fermier vindicatif. Le résultat lu à haute voix se révéla d’une part affligeant et d’autre part un sérieux obstacle à une écoute attentive de “Questions pour un champion”. Ayant réussi à le convaincre que sa prose ne valait pas un clou, je lui proposais, afin de recouvrer un peu de ma quiétude, de l’épauler dans sa tâche. Pour ne pas le vexer, je suggérais de garder le personnage du lapin, en l’incluant toutefois dans un cadre plus large incluant des personnages en butte aux affres de l’existence. Cela lui convenait, mais un problème se posa bien vite : autant il était intarissable sur les lapins pourchassés par un fermier vindicatif, autant il s’avéra sec face aux personnages en but aux affres de l’existence. Et c'est là précisément que je commis ma plus grosse erreur : je lui proposai d’écrire moi-même l’histoire, qu’il n’aurait plus qu’à signer en échange de quelques caresses sur le flanc et d’une marque supérieure de pâtée pour chien. Marché de dupe s’il en fut !

“Extension du domaine de la lutte” sortit en 1994, et les ventes, plutôt modestes au départ, permirent tout de même à Michel de s’acheter un duffle-coat tout neuf doublé en fourrure synthétique. Ayant pris bien vite goût à l’aisance matérielle - toute relative - que lui apportait cette nouvelle activité, il exigea de moi que je lui écrive un nouveau roman. Le joint de culasse de sa fuego ayant lâché, il était nécessaire, m’expliqua-t-il,  que les ventes de ce nouvel opus soit à la hauteur de son ambition, c’est-à-dire acheter une nouvelle voiture, avec radio cassette incorporé, de préférence. Pour atteindre ce but, il me demanda d’inclure dans le roman de longs passages de sexe explicite, procédé contre lequel je m’insurgeai immédiatement. Après trois longs jours enfermé dans la salle de bain sans pâtée ni eau, j’acceptai finalement et me mis au travail. Michel tenait absolument à ce que l'histoire parle de deux frères (c’est un fan d’Igor et Grischka Bogdanoff), pour le reste j’avais carte blanche.

Je ne m’étendrai pas plus, vous connaissez le destin des “particules élémentaires”. Avec le succès de ce deuxième roman, mon sort était scellé. Je suis depuis l’esclave littéraire de Michel. Pour "la Carte et le territoire", j'ai fait des semaines de 50 heures, mes coussinets étaient en sang à force de taper sur le clavier et vous savez quoi ? Lorsqu’il a eu le Goncourt, cet ingrat ne m’a même pas rapporté un doggy-bag de chez Drouant !

C’est donc une bouteille que je jette à la mer en écrivant ce mail : faites passer la nouvelle, Monsieur Chabossot ! Sous ses airs d’Alain Bougrain Dubourg sous tranxène, Michel Houellebecq n’a que mépris pour les animaux. Pire, il les exploite pour son confort personnel (il possède également une perruche, Nini, qu’il oblige à chanter du soir au matin).

Qu’on vienne me libérer ! Je n’en peux plus !

 Clément H

 

 

Ps : c’est également moi qui ai écrit “Ennemis publics”, la correspondance Lévy-Houllebecq, la partie de BHL étant assurée par un setter irlandais du nom de Gaston.

 

mh_et_clement.jpg

« Si je n’ai pas le Goncourt, je te jette par-dessus le balcon »

Published by Aloysius Chabossot - dans Courrier des lecteurs
commenter cet article