Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 10:41
Vous n'aimez rien tant qu'une longue balade dans les bois au milieu des arbres feuillus. En chemin, vous ne manquez pas de saluez vos amis les écureuils, petits hôtes espiègles et roux de la grande forêt mystérieuse. Votre coeur bat la chamade lorsque, au loin,  retentit le chant du coucou qui rebondit de brin d'herbe en chapeau de champignon pour enfin épouser le pavillon velouté de votre oreille délicatement ourlée.
Vous êtes une personne sensible, et vous vous comportez comme un véritable éponge face au malheur du monde (vous avez définitivement renoncé à la lecture des pages "faits divers" du Parisien une veille de week-end).
Sentimentalement, vous idéalisez l'être aimé au delà de toute limite, d'autant plus aisément que vous vivez seul et que votre dernière relation sérieuse remonte au CM2 Bref, votre personnalité à fleur de peau, votre passion du beau et votre quête de l'amour impossible font de vous un être à part, un écorché vif, une petite boule d'émotion concentrée prête à exploser à tout moment. Toutefois, vous sentez un grand vide dans votre existence, une sorte de langueur monotone que vous ne sauriez définir, un besoin d'expression qui vous taraude jusqu'au fond de vos draps, le soir, lorsque la lune caresse de sa douce lumière les contours de votre chambre.
Un jour, la providence vous mène jusqu'à une librairie. Le destin prend ensuite le relais et vous mène jusqu'à un livre dont la couverture aimante immédiatement vos yeux. Il s'agit "D'amour et de mots", du grand poète/chanteur de variétés Francis Lalanne. Vous ouvrez le volume et commencez à lire les première lignes. Là, les poils de vos bras se dressent comme un seul homme :c'est la révélation ! Vous aussi allez écrire de la poésie !
Votre plan est simple : à l'aide d'un dictionnaire de rime, vous vous mettez aussitôt au travail. Les thèmes ne manquent pas : l'amour, la vie, les écureuils, tout les sujets sont bons pour versifier et libérer enfin au grand jour les sentiments qui vous habitent. Et puis l'avantage avec les poèmes, c'est que quelques lignes suffisent pour remplir une page. En un mois, et à l'aide d'une police Tahoma corps 14 en gras, vous possédez déjà assez de matière pour remplir un volume. Vous intitulez l'ouvrage : "Amour rimera toujours avec toujours", le dédiez à Sylvie Tassereau, que vous nommez pudiquement Sylvie T, et sûr de votre coup, vous l'envoyez à toutes les plus prestigieuses maisons d'éditions de France.
Bienvenue dans le cercle des poètes maudits. Car la seule réponse que vous ne recevrez jamais est "votre ouvrage n'entre pas dans le cadre de nos collections". Et encore, il est fort à parier que vous ne recevrez rien, absolument rien. J'entends d'ici vos récriminations de poète blessé jusqu'au sang dans son hypersensibilité à fleur de peau : "Oui, mais... Et Francis Lalanne, alors ? Il vend, lui !"
Ce à quoi je vous répondrai que Francis Lalanne (comme Dominique de Villepin) fait partie de la catégorie extrêmement rare des poètes qui passent à la télévision à des heures de relativement grande écoute. Dès lors il a beau jeu de prendre la pause, d'adopter son regard de cocker enrhumé et de débiter sur un ton enfiévré, dès que l'occasion se présente, des chapelets d'âneries que le téléspectateur semi anesthésié prendra à tort pour de la poésie. 
Difficile dès lors de soutenir la comparaison avec une telle bête de somme de la création artistique, vous en conviendrez.
Toutefois, ami poète, il vous reste une solution : l'Internet. Avec les conseils prodigués ici-même, ce serait bien étonnant de ne pas attirer 3 ou 400 pékins bon an mal an sur un quelconque blog présentant vos bouts rimés,  joliment agrémentés de coeurs en gif animés et de photos d'écureuils espiègles.  En somme, plus de lecteurs potentiels que ne vous aurait apporté une édition en papier, et tout cela sans bourse délier, tout en préservant les arbres de la forêt. Forêt dans laquelle vous pourrez ainsi continuer à vous promener, en quête de cui-cui d'oiseaux et d'inspiration.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Comment écrire un roman
commenter cet article

commentaires

suzanne walther-siksou 30/08/2008 02:53

Re: la poésie publiée sur le net

Il est agréable de se savoir lu mais on aimerait savoir par qui et
surtout connaître qui assurera la relève au XXI iéme siècle. Comment arriver à identifier les écrits qui ont vraiment une valeur littéraire ?
Je suis réellement déçue par la médiocrité qui prédomine dans tout ce que je lis.
Comment redonner à cette forme littéraire l'espace qu'elle devrait occuper à la télévision?
Les téléspectateurs sont initiés à apprécier la musique et celle-ci
a heureusement une relève assurée.Il devrait en être de même pour la poésie.
Amicales pensées.
Suzanne W-S

Aloysius Chabossot 10/09/2008 18:27


La poèsie à la télévision ? Ah oui... On peut rêver...


dupinceau 18/07/2008 10:41

merci pour votre visite,
j'ai arrêté "les" essais de blogs poésie !!! cela n'interesse personne ! la philosophie encore moins ... alors je voyage en photos, là c'est comme la télé on regarde, on part, on ne dit rien !!! et si j'arrête ? il faudra combien de temps pour qu'on m'oublie? huit jours ?

Tania 12/03/2008 09:49

Ha! ha! ha! Ouf... pardon pour ce petit élan d'hilarité intempestif, mais j'ai vraiment bien ri en lisant ce sacré texte, et j'ai voulu le retranscrire ici, car un rire non partagé c'est comme un soufflé qui retombe.

Notez, c'est peut-être un rire un peu jaune, car découvrir ainsi que l'on n'est pas seul et unique, ça ne fait pas toujours très plaisir. A part Francis Lalanne, je me retrouve tant dans votre description de l'aspirant-poète que c'en est tout-à-fait vexant. Je crois avoir ressenti quelque chose de proche la première fois que j'ai lu du Proust.
En tout cas moi aussi j'ai fini par cèder aux sirènes du blog comme moyen de m'épancher en toute impunité, avec l'espoir de récolter ici et là quelques avis compatissant sur mes productions... et advienne que pourra! Pour le moment je n'en suis qu'aux prémices, à quelques balbutiements... et à ma première intervention dans la blogosphère, ici, maintenant!

Peut-être le début d'une belle aventure? Ça reste à voir...

firma 21/09/2007 11:03

J'ai pas tout compris au site que vous indiquez dans votre

Marc Galan 07/09/2007 22:56

Filière encombrée, certes, mais une fois qu'on sort des embouteillages :
Nous sommes parti d Istanbul pour Douchanbe le mercredi 5 septembre a 20h45 avec Turkish Airlines. L avion etait bonde. Des delegues du monde entier s y trouvaient. Apres quetre heures de vol tres agreable nous somme arrive a Douchanbe vers 1 heures du matin. On a ete accueille comme VIP par tout un bataillon d employes tres elegants et tous cravates. L accueil fut formidable. Apres quelques breves formalites nous avons ete repartis de la maniere suivante les Occidentaux et les Ukrainiens dans la residence du President de la Republique = un lieu paradisiaque plein de fleurs et d arbres et des fontaines a chaque coin d allee. On m a donne un immense appartement avec toutes les commodites possibles et imaginables. Seul probleme il n y avait pas d ordinateurs dans la residence ou aumoins dans la partie ou nous etions installe. Le telephone portable de mon ami bulgare qui grace a moi etait installe comme moi dans la residence marchait mal. Aujourd hui j ai pu telephone pour la premiere fois en France juste pour 2 minutes.

Le 6 septembre on s est repose on nous a fait visiter la ville. La ville est situee sur un plateau haut de 600 m au dessus du niveau de la mer. La cille est toute entiere plongee dans la verdure. Plusieurs fontaines decorent cette si agreable cite. Les maisons et les immeubles ne depassent pas les quatre etages.

La plus belle chose que j aie vu ici ce sont les eleves et les etudiants tous sont habilles en pantalons noirs en chemise blanche et tous portent des cravates bleu marine. Tous sont beau et elegant les cheveux bien coupes. Une merveille cette splendide jeunesse tadjik. Une merveille.

L apres midi on a visite le Musee National du Tadjikistan. On decouvre que les Tadjiks etaient les fondateurs de Boukhara et de Samarkand et que les Ouzbek qui aen ces temps etaient nomades s installerent dans cette partie de l empire Samanide. L URSS a partage ce territoire en deux republique Tadjikistan et Ouzbekistan privant les Tadjiks des deux grandes villes ou son nes des sommites comme Avicenne> Mevlana est ne aussi dans l ancien Tadjikistan etr de la sa famille est allee s installer a Bakh puis fuyant les Mongols en Anatolie ou elle fut protegee par les sultans seldjukides.

On a visite ensuite le theatre national et l opera. Ensuite on a visite l Universite et deux ecoles sponsorisees par le gouvernement turc. De cela je vous parlerai une fois a paris.

Le soir j ai ete invite a la reunion des ecrivains et poetes du Tadjikistan. J etais le seule representant de France au colloque international Mevlana On m a accueilli avec beaucoup d honneur...

Bien sûr, les claviers de ces pays étrangers n'ont pas d'accent, mais finalement, à part ce petit inconvénient, le récit de cette petite escapade culturelle donne envie d'être poète. Reste ensuite, bien sûr, a être reconnu.