Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 10:31

Vous rêvez de publier ce roman qui fera enfin de vous l'être respecté riche et célèbre que vous avez toujours été intérieurement mais que par bête jalousie les autres se refusent à voir ? Les moyens de communications modernes n'ont pas de secret pour vous, et en outre, vous avez horreur de faire des photocopies ? Alors les lignes qui suivent vont peut-être changer votre vie…
Comme vous le savez sans doute, la famille Bouygues (les deux frères Martin et Olivier, maintenant que papa Francis a passé l’arme à gauche) est depuis des décennies honorablement connue pour encourager le développement des Arts et de la Culture sur notre bonne terre de France.
Cette prestigieuse mission ne date pas d'hier, souvenez-vous : déjà, en 1987 les modestes maçons rachètent à l'Etat la première chaîne de télévision pour en faire le temple de l'érudition et du raffinement que l'on sait. Mais le fait d'avoir hissé la petite lucarne à un niveau d'exigence encore jamais atteint ne suffit pas à ces insatiables défenseurs de la culture pour tous.
Un jour, lors d’un conseil d’administration particulièrement soporifique, Martin lève subitement les bras en l’air et s’exclame : « Et si nous lancions un grand concours de roman ? » Tout le monde autour de la table se tourne alors vers le trublion tout en fronçant les sourcils, tandis que son frère Olivier traduit à haute voix l’opinion générale : « Mais ça va nous rapporter quoi ? ». Olivier forme alors un rond avec la bouche, regarde ses ongles, passe un doigt nerveux entre le col de sa chemise et son cou légèrement moite puis écarte les mains en signe d’impuissance… L’incident est clos et la séance se poursuit.
Mais peu avant midi, au moment où tout le monde s’apprêtait à descendre à la cantine (il y avait ce jour-là spaghetti bolognaise), Martin pousse à nouveau un cri : « Attendez ! Le roman… Le roman du concours… Y’aura du sms dedans, et même du langage chat ! Ca sera dans le règlement ! Obligatoire ! On organise le tout en passant par la fondation Bouygues Télécom, et on se fait au passage un maximum de pub ! Alors qu’est-ce que vous pensez de ça ? »
Présentée ainsi, l’idée séduit aussitôt les administrateurs et il leur apparaît bientôt comme une évidence que la création littéraire en France a bien besoin de soutien. C’est vrai, il y a eut quoi depuis Balzac, en fait ? Pas grand-chose. Heureusement que Bouygues est là pour redonner à notre pays la place qu’il mérite dans le paysage littéraire mondial.
Aussitôt décidé, aussitôt mis en branle, le grand concours voit le jour…
Il faut reconnaître que les Bouygues ne font pas les choses à moitié : publication du lauréat chez Calmann-Lévy, prix de 10 000 euros…Obscurs mais talentueux auteurs, ici se joue votre destinée littéraire !  D’autant qu’il suffit d’envoyer par mail un simple document word et le tour est joué !
Afin de remplir le fameux document, étudions ce que dit le règlement du concours : « Peut concourir toute œuvre de fiction inédite, écrite en langue française, et dont le langage SMS et des messageries instantanées constitue un élément déterminant de la trame narrative. Tous les genres sont acceptés : roman psychologique, roman d’amour, drame social, comédie de mœurs, roman policier, science-fiction, à l’exclusion du genre pornographique ou érotique » (J’ajouterai pour ma part le roman historique.).
Certes le délai (31 août 2007) parait un peu court pour se mettre à la rédaction d’un roman, même bourré de séances de  chat  et de texto abscons. Mais avec le talent qui vous caractérise, ce n’est pas vraiment un problème. Et puis pour la trame, il vous suffit de reprendre « Les liaisons dangereuse » et de remplacer les lettres calligraphiées par des écrans plats.
Attention toutefois : Martin et Olivier ne sont nés de la dernière pluie, et le règlement stipule expressément que « l’Auteur doit faire preuve de qualités d’expression littéraire et de créativité »
D’ailleurs, pour prouver que tout cela n’est pas de la rigolade, on apprend sur la page web dédiée que l’événement a pour but, entre autres, d’assurer la «  promotion de la langue française ».
Tro dla bal !
Pour une prochaine édition, et pour rester dans le même esprit, nous suggérons aux frères Bouygues de promouvoir les arts du spectacles en organisant, par exemple, un concours de pets.


Martin B : "Je kif tro la litératur, ça rass"
Toutes les infos : http://www.animations2.bouyguestelecom.fr/mecenatlitteraire/
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article

commentaires

Gourdoulou 22/10/2008 15:35

Bonjour Aloysius,

Pour info (et pour les curieux), c'est Coline Lemeunier qui a remporté le prix 2008 avec "1TOX".

Un article au hasard :
http://www.capcampus.com/livre-1354/coline-lemeunier-remporte-la-premiere-edition-du-prix-de-la-fondation-bouygues-telecom-avec-1tox-a9889.htm

Le blog de Coline Lemeunier :
http://coline.typepad.fr/

Aloysius Chabossot 22/10/2008 23:15


Merci pour cette info. Je suis allé lui rendre visite sur son blog et lui ai laissé un message aimable.


Antoine 20/08/2007 15:13

La liste des membres du jury vient de paraitre :
- Loanna
- Bataille et Fontaine
- Gérard de Villiers (caution littéraire)
- Bouygues'brothers

Jean-Christophe Heckers 13/08/2007 17:12

Heureusement pour ceux qui ne maîtrisent point encore ce fort judicieux langage adapté à cette brillante et radieuse ère dans laquelle nous sommes, il existe des possibilités de traduire du français vers le essemmesse, par l'intermédiaire d'outils performants disponibles sur la vaste toile. Si l'on dispose déjà d'un roman écrit, on peut ainsi l'adapter un peu, et le retranscrire dans le format linguistique requis.

Bientôt, on proposera aux apprentis compositeurs de pondre une Messe en si, mais en slam, afin de ravir le public du festival Musica de Strasbourg. Tiens, si on lançait l'idée pour l'année prochaine?

linka 11/08/2007 10:35

Sûr que pour le roman historique ça risque d'être compliqué...
Certes mieux vaut en rire.

Béatrice 11/08/2007 08:32

En tout cas, si Monsieur Tomas Proust envoie son texte chez Gallimard, probable que Brandon Gide va le refuser!
Monsieur Tomas Proust, c tro Kool ce ke vous eKrivé! Avé- vou pensé a ekrir 1 chanson? "du coté de ché souan", sa feré 1 tub, je pens! Koa? sa exist deja?