Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 11:58
Une courte nouvelle poétique :


Avril ou le sculpteur de brume

Il sculptait  la brume du matin. A l’heure où le sol sue et s’évapore. Il n’entendait à ces moments précis que le glissement subtil de ses doigts sur les volutes humides. Des formes diluées et fantasmagoriques se dessinaient puis se délitaient aussitôt descendu le clair midi qui anéantissait tout.
 L’artiste passait tout le reste du jour à se demander comment contempler son œuvre en plein zénith. La main sur le front, penché sur sa table il songeait à sa chère aube regrettant amèrement les heures embrumées où son âme exaltée dictait à ses doigts ses intimes secrets.
De guerre lasse, il prit la fatale décision de graver sur la pierre ses fantômes de brume.
 Le premier coup porté lui éclata sauvagement les tympans et ne lui parvinrent plus que les sons mats de sa détermination.
 Le deuxième coup porté entama sa vision et il ne distingua plus jamais que les silhouettes imprécises de ses créanciers.
-Pourquoi t’obstiner lui susurra à l’oreille, la brume délaissée.
 Bien sûr il ne l’entendit pas et l’artiste maudit porta le troisième coup qui le fit disparaître en une nuée de minuscules éclats de lui-même.
 La brume, distraite un court instant par un jeune rayon solaire obstiné  qui tentait de percer sa couverture blême, oublia tout à fait l’artiste ainsi répandu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Avis sur texte
commenter cet article

commentaires

fee_line 14/12/2007 23:47

1ère lecture : houla, c'est quoi tous ces adjectifs ? J'ai un peu de mal à entrer dans ce style... Mais la seconde partie me captive, et au final : j'éprouve le besoin de relire, car j'ai peu compris.
Seconde lecture : je m'habitue au style, et je me fabrique des images, au fur et à mesure. Je termine avec un désir encore plus prononcé de reviens-y.
Troisième lecture : je laisse cette fois-ci le sens de côté, et me laisse porter par la musicalité des phrases. Je suis d'accord avec le "fantasmagorique", qui jure un peu, et j'enlèverai bien le "obstiné" de la fin.
Au final, il me semble que ce texte, plein de qualités, pourrait encore gagner en musicalité.

Rinaldi Sylvaine 14/12/2007 18:04

J'allais écrire plein de choses puis non.... Je vous remercie simplement pour ces commentaires pertinents et très agréables à lire, qui arrivent aujourd'hui, au bon moment....

Lucile 14/12/2007 14:26

J'aime beaucoup aussi cette ambiance de brume, cette poésie... Je préfère toutefois la première partie du texte à la seconde (à partir du moment où "il prit la fatale décision"...) mais l'ensemble reste agréable à lire à mon avis.
Je trouve moi aussi que cela "coule tout seul" et que c'est justement parce qu'il y a eu une vraie recherche dans le vocabulaire employé.

Pierre 14/12/2007 01:50

Très beau texte. Léger et poétique, j'adore. Contrairement à Amelia, je le trouve spontané et riche, élégant. Une seule remarque, pour chipoter, mais le mot "fantasmagoriques" casse un peu le rythme de la phrase, qui sans lui coule d'elle même je trouve. Ca casse l'alliteration en d et l qui rend la phrase si douce autrement.

Malvina 04/10/2007 13:50

Superbe ! toute une poésie ce texte...