Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 11:59
Présentation de l'auteur :
J'ai 30 ans et cela fait déja quelques années que je tente d'écrire un roman. Plusieurs fois j'ai commencé en pensant avoir une idée, une histoire intéressante à raconter mais jusqu'à présent je n'ai jamais réussi à aller au bout.
Pendant de longs mois j'ai abandonné, pensant ne jamais y arriver. Mais il y a quelques semaines, l'inspiration est revenue. Toute proportion gardée bien entendu! Donc je me suis lancé, j'ai toute cette histoire dans la tête mais vais-je réussir à la coucher sur le papier? Je ne sais pas encore.

Présentation du texte :
Il s'agit d'un roman policier ou polar ou thriller, au choix. Pour vous faire une petite idée, voila le "pitch": Un jeune français rêvant d'Amérique, s'est installé au Canada pour tout recommencer à zéro. Il vit une vie sans histoires, normale, voire banale jusqu'au jour où son passé va revenir frapper à sa porte. D'anciennes blessures qu'il pensait oubliées à jamais vont refaire surface. Il va être entraîné dans un engrenage dangereux.

Le texte :
 
Mardi 6 novembre 17 heures 25. Laura Carré, après quatre heures et quarante minutes dans les airs débarqua du vol American Airlines 1586 à Toronto. Changement radical de climat, tout l'Est du Canada était sous la neige et la température avoisinait les moins dix degrés. Laura avait l'impression de ne pas avoir dormi depuis mille ans, malgré quelques somnifères pris avant le décollage, elle n'avait pu fermer l'oeil. Comme elle s'en doutait, Vanessa ne s'était pas présentée à l'aéroport de Los Angeles la veille pour prendre le vol qui devait les ramener à Paris. L'agent Haley Davis avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider à retrouver son amie, mais sans succès. Laura aurait aimé que Haley soit avec elle ici à Toronto.
La piste de la maison de la cousine de Vanessa s'était arrêtée devant la porte close de cette dernière. Et après quelques recherches sur les ordinateurs du LAPD, il n'y avait aucun permis de conduire ni numéro de sécurité sociale délivrés en Californie aux noms de Christine et/ou Justin Rollins. Inconnus au bataillon tous les deux. Haley avait pu lancer un avis de recherche pour personne disparue et le FBI avait été averti. Mais les fédéraux lui avaient bien fait comprendre qu'ils allaient enquêter mais que des centaines de personnes, rien qu'en Californie, disparaissaient sans laisser de trace tous les ans.
En montant dans un taxi devant l'aéroport Pearson, elle se demanda pourquoi elle avait contacté Eric Lambert. Que pouvait-il faire que ne pouvait pas le LAPD ou le FBI? Mais elle était dos au mur, n'avait plus aucune solution. Et elle ne pouvait pas abandonner Vanessa comme ça. Elle avait besoin de soutien, et la seule personne qu'elle connaissait en Amérique du Nord était Eric Lambert, ancien petit amie de Vanessa et qui n'avait pas sauté de joie en entendant sa voix au téléphone. Elle pouvait le comprendre.
La circulation, malgré l'horaire, était plutôt fluide sur la 427 puis sur Dundas Street. A peine vingt minutes et le taxi la déposait au 225 Old Oak Road. Laura resta les bras balants, le regard dans le vide, en se demandant ce qu'elle faisait la pendant dix bonnes minutes, avant d'appuyer sur la sonnettes marquée Eric Lambert.
- C'est moi, Laura.
- Je t'ouvre, monte au deuxième, à droite.
Cinq minutes plus tard, Laura Carré était assise, gênée, les yeux fixés sur la moquette, sur le canapé d'Eric Lambert. Elle n'avait même pas pris la peine de retirer son manteau. Eric était debout face à elle, les mains dans les poches. Lui était plutôt d'humeur curieuse, intrigué par cette visite. Il s'était déjà posé mille questions, mais n'avait trouvé aucune réponse digne de ce nom. Il décida donc d'abréger ses tergiversations.
- Pourquoi es-tu ici? Et pourquoi autant de mystère? Je ne comprends rien, explique moi.
Eric fixait la jeune femme. Celle-ci leva un regard mouillé vers lui, des larmes ruisselaient sur ses joues.
- Laura a disparu à Los Angeles, sûrement enlevée. Je ne sais plus quoi faire, je ne connaît que toi ici. Il faut que tu m'aides...

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Avis sur texte
commenter cet article

commentaires

ella 35791 06/11/2011 13:01



je tombe sur votre site par hasard,j'ai commencé à le lire avec attention,ensuite vient l'ébauche d'une histoire soudaint étrange et qui me donnes envie d'aller plus ,loin,mais je n'ai pas
continuer,et j'ai eu raison,je ne voulais pas,car je le savais l'istoire n'etait pas là,la suite ,je le sais ,je ne la connaitrais maintenant,il me faudrait attendre de voir le livre écrit,et me
plonger dedans avec l'assurance de tout lire et de tout savoir de cette histoire!


j'ai tout de suite aimé,et j'ai éprouvé une sensation étrange,un monde de l'auteur,j'éspère que tu l'a écrit,sinon stp fais le! si tu doutes de nous ,ne t'inquiètes pas pour nous ,on te lira,car
qq soit l'histoire à raconter,si elle est écrite de ta main ,tout ira bien ,tu iras loin ,lever les mystères de ton moi,et moi je les découvrirais aussi!



Aloysius Chabossot 07/11/2011 09:48



Je ne sais pas ce que vous avez fumé, chère Ella, mais de otute évidence, c'ets de la bonne.



Max 15/10/2007 19:08

Un avis comme ça, en toute modestie (déjà bravo d'avoir sauté le pas)


Dans le détail :

"La piste de la maison de la cousine de Vanessa s'était arrêtée devant la porte close de cette dernière"
J'ai du mal à comprendre cette phrase, je suppose que cette dernière réfère à la maison de la cousine de Vanessa, puisqu'on parle de porte, mais cette dernière est aussi cette première (car seul élément de la phrase) donc la formulation est peut être un peu hasardeuse.

"La circulation, malgré l'horaire, était plutôt fluide sur la 427 puis sur Dundas Street"
Le mot horaire est mal employé me semble-t-il. Un horaire est un indicateur d'heure, répétitif, comme l'horaire du train ou les horaires de travail. Malgré l'heure sonne moins joli, certes, mais beaucoup plus juste.


De manière plus générale, les personnages d'un roman doivent avoir des réactions homogènes (sauf évènement), et crédibles.
1) On sent Eric dérangé par l'appel téléphonique, mais ensuite curieux et beaucoup moins gêné une fois que la fille est chez lui. On pourrait peut être le sentir un peu plus embêté de cette visite.
2) Alors certes je ne suis pas Laura, et je ne me suis pas tapé de l'avion et du taxi pour venir mais ça ne me viendrait pas à l'idée de poireauter 10 minutes le regard vide en bas de chez Eric. Mais trépigner en hésiter sur le porche de l'immeuble, peut être ; se dépêcher de vouloir trouver une solution de retrouver Vanessa , sûrement.

Ce sont juste des idées qui me passent par l'esprit, et ne valent pas mieux que ce que vous avez écrit et imaginé (je ne suis pas dans votre tête), mais j'espère que ça pourra aider.

Sinon ça m'a donné envie de lire la suite, et la reconstruction des evenements deja passés est plutot bonne.

Bon courage !

gaëlle 15/10/2007 16:41

C'est Laura ou bien Vanessa qui a disparu?
En tous cas ça donne envie de lire la suite!

mokona noir 22/09/2007 22:44

Je ne suis pas vraiment fan de polars, mais l'intrigue semble bien menée (en tout cas, j'ai envie de savoir ce qui va se passer ensuite). Le style est parfois un peu lourd, mais ça tient la route. Bonne continuation pour la suite.

Malvina 15/09/2007 16:42

Pas mal du tout !! j'aime les polars et aimerais également en écrire un. Toujours est il qu'on a envie d'en conaître la suite. Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire non ?