Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 12:02
Le livre parfait


Je suis écrivain. Vous me connaissez sûrement, j’ai eu mes heures de gloire. Oui, c’est cela, celui qui a écrit ce fameux roman policier, best seller de l’année 1984. Oui, c’est bien moi. Depuis vous dites ? Et bien, j’ai écrit quelques nouvelles, des histoires d’amour, des contes pour enfants. Mais cela n’a pas eu autant de succès que ma toute première œuvre. Vous voulez savoir comment j’ai écrit ce livre ? Mon chef d’œuvre !!! C’est bien un grand mot que vous dites là, mais cela me fait plaisir.
A cette époque, j’étais comptable pour un grand cabinet et pour oublier les chiffres, les bilans et autres tableaux financiers, le soir je tâtais un peu de la plume. J’ai toujours aimé les romans policiers aussi mon objectif était bien entendu d’en écrire un. Il me fallait du solide avec des personnages qui sonnent vrai. Il ne m’a pas été difficile de les trouver, j’ai uniquement observé mon entourage. Avant même de mettre sur papier les plans de mon intrigue, je savais qui représenterait au mieux le personnage de l’inspecteur. Mon ami d’enfance, mon meilleur ami, Pierre. Ses principales qualités étaient la patience et un esprit d’analyse très développé. Il était le personnage idéal..
Les suspects, ma foi, j’avoue y avoir attaché moins d’importance. De temps en temps, le soir après le travail j’aimais bien aller boire un verre. J’avais mes habitudes dans un petit café à quelques mètres du bureau. J’y avais fait la connaissance de Patrick, le propriétaire de la quincaillerie d’en face et de Benoît, un petit employé de banque. On buvait un coup en discutant de choses et d’autres. Patrick était en pleine séparation et vivait mal cette situation (il était très volage et son épouse l’a gentiment remercié). Quant à Benoît, son physique ingrat limitait les perspectives d’approche de la gente féminine. Je l’ai toujours soupçonné d’être un peu voyeur.
Il vous suffit de relire mon livre, tels que je les ai décrits, tels ils étaient.
J’avais mon inspecteur, mes suspects. Ma victime, je ne sais pour quelle raison, devait être une femme. Là était la difficulté car je ne fréquentais aucune femme et celles que je côtoyais au bureau ne m’inspiraient guère. Elle devait être parfaite. Je ne me facilitais pas la tâche et pendant plusieurs mois, j’ai fait des insomnies terribles accompagnées de crises d’angoisse. Cela devenait oppressant, obsessionnel. Il m’était impossible de l’imaginer. Je devais avoir du concret.
Un soir, juste avant de quitter le bureau, mon patron m’a laissé un numéro de téléphone en insistant pour que j’appelle le lendemain à la première heure pour prendre rendez-vous avec ce nouveau client.
Je me souviens encore de cette rencontre avec Lise. Jamais je n’avais vu de femme aussi belle. De suite, j’ai su que c’était elle que je cherchais. Lise serait la victime. Elle me fascinait et si dans mon livre, elle devait mourait alors il fallait que le crime soit digne d’elle. Aussi, j’ai opté pour un meurtre à l’arme blanche. Rien de barbare, au contraire, un acte esthétique. J’exultais, mon histoire prenait vie. J’ai voulu que la scène où Lise décède soit le pilier de mon œuvre. Vous avez pu remarquer que Pierre en était obsédé. D’ailleurs le titre de mon roman est « Anatomie d’un crime » et ce n’est pas sans raison.
Oui, vous avez bien saisi. Le succès de mon livre tient en effet à la façon dont j’ai traité l’intrigue, l’idée n’étant pas d’exploiter une enquête policière classique. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de résolution. Tout est axé sur l’acte criminel et la fascination grandissante de Pierre. J’ai particulièrement soigné le sujet. Je suis un perfectionniste et croyez moi n’ai rien laissé au hasard.
Vous dites ? Non je n’ai fait aucune recherche documentaire sur les meurtres, c’est beaucoup plus simple que cela. Voyons, ne me dites pas que vous ne comprenez pas ! Allons, cherchez un peu… mais si, vous devinez juste. Je vous l’ai dit, il me fallait du concret. Je n’ai aucune imagination.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Avis sur texte
commenter cet article

commentaires

Malvina 27/10/2007 09:19

Merci à vous tous d'avoir pris le temps de me lire et merci à Mokona pour avoir relevé les fautes. J'ai beau me relire mais....

mokona noir 24/10/2007 22:59

Chapeau, cette nouvelle vaut le coup. J'ai juste deux remarques : je n'aime pas le "de suite", et il y a une faute de frappe "elle devait mourait", je pense que vous avez voulu dire "elle devait mourir".
Bonne continuation pour l'écriture.

louis 08/10/2007 20:07

Voilà qui est simple, direct et efficace. Mais je n'aimerais pas vous rencontrer pendant l'écriture d'une autre de vos nouvelle !!!

Malvina 19/09/2007 21:04

Merci pour votre passage et vos appréciations.
Merci Max pour le bisou.

Au plaisir de vous lire également

Max Férandon 19/09/2007 19:21

Avec un tel appât, on est comme une truite qui a croisé un hameçon, on veut voir la suite. Je ne sais pas donner de commentaires sur les écritures des autres, simplement vous faire un bisou.