Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 22:49
Il arrive parfois que des lecteurs me posent par mail des quesions qui ne manquent pas d'interpeller profondément ma pratique narrative. J'ai décidé qu'à partir d'aujourd'hui, généreux comme je suis,j'allais vous en faire profiter.

Cher Monsieur Chabossot,

Je vous expose mon problème. Je voudrais écrire un roman animalier, mais voilà, je n’y connais pas trop en animaux, mis à part les deux lapins et la poule que ma grand-mère élève (pas spirituellement parlant, mais plutôt pour les manger). Alors je me suis dit que mon roman pouvait mettre en scène des lapins, ou des poules, ou carrément les deux. Mais là c’est un autre problème qui surgit, car je ne sais pas si vous avez déjà observé ce genre de bêtes, mais je peux vous dire que ça ne fait pas grand-chose de ses journées. Du coup, je sais pas trop quoi raconter dans mon roman. J’ai pourtant essayé dur, vous pouvez me croire. Mais j’ai jamais réussi à aller plus loin que « Coco mange une carotte dans son clapier tandis que Madame Poule l’observe ». Après, je fais un blocage. Et je vous assure que pour quelqu’un comme moi, qui voudrais devenir romancier professionnel, c’est très démoralisant.
Je vous en prie, Monsieur Chabossot aidez-moi, vous êtes mon seul espoir.

 

Avec toute ma considération admirative,

 

Sébastien Frichot

 

 

 

 ______________________

 

 

 

Cher Sébastien,

 

 Force est de constater que vous disposez d’un point de départ tout à fait épatant : une poule observant un lapin qui mange une carotte, ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de trouver un sujet aussi riche. Deux fortes personnalités évoluant au milieu d’un décor luxuriant et complexe, que demander de plus pour aussitôt mettre en branle l’imagination sans borne de l’écrivain professionnel qui sommeille en vous ? La scène à peine entrevue, et ce sont des centaines de situations plus excitantes les unes que les autres qui devraient exploser tel un feu d’artifice fictionnel dans votre cerveau devenu trop petit pour l’occasion, petit chanceux ! Or que lis-je ? Vous laissez précisément entendre le contraire ?
Allons, séchez vos larmes, et étudions la situation avec méthode et rigueur.
Tout d’abord, les protagonistes. Coco est de toute évidence un « personnage » « larger than life », le genre de lapin bourré de charisme qui se distingue naturellement de la nuée de ses congénères par une attitude, une désinvolture face à la vie qui laisse pantois d’admiration.
Le regard perçant, l’oreille toujours en alerte, il mange sa carotte à coup d’incisive nonchalant d’où émane une sensualité terriblement troublante. Tellement troublante à vrai dire que Madame Poule, que tout a priori semble éloigner de Coco (plumage, nombre de pattes, origines sociales, etc.), finit, à force de contemplation, par tomber sous le charme capiteux de l’envoûtant lagomorphe.
Et c’est là mon cher Sébastien où votre histoire devient fascinante. En effet, comment imaginez que deux être aussi disparates, aussi opposés dans leur mode de vie (Madame Poule ne mange pas de carotte, et ce n’est qu’un exemple) puissent un jour s’aimer d’amour tendre ?
Voilà la question que se pose aussitôt le lecteur, et qui va le tenir enchaîné à la lecture de votre roman jusqu’à son ultime résolution, en oubliant de manger, de se laver et de se vêtir correctement.
Voilà aussi la question à laquelle vous devrez répondre, cher Sébastien, vous, seul à votre table de travail, en proie aux démons de la création. Pour ma part, je dois vous quitter car on m’attend à l’inauguration d’une médiathèque qui devrait porter mon nom (ou celui de Simone de Beauvoir, je ne sais plus).

 

Votre dévoué

 

Aloysius Chabossot

 
PS : Avant de vous quitter, je vous glisse une petite piste qui pourrait s’avérer riche en développements narratifs : et si, mettons à la page 150, on apprenait que Madame Poule est en fait un CANARD ? Je vous laisse méditer là-dessus.


lapin.jpgLe lapin, un personnage rromanesque de premier plan

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Courrier des lecteurs
commenter cet article

commentaires

Carole 11/01/2010 10:58


Bonjour

Je vous remercie de votre réponse !
Je vais aller me procuré " La dramaturgie"

Cordialement Carole


Carole 08/01/2010 18:21


Bonjour Monsieur Aloysius Chabossot

Depuis que je vous est trouver ,car je voudrais réellement écrire un romand ( horreur )
J'ai l'histoire , les personnages ,le lieu .
Je vois que vous n'hésitez pas sur les critiques . Du mal à les accepter , je dirais non , car les critiques je connais bien .( Je suis handicapé et ne peu travailler comme je le désirerais ).Alors
je me suis dit pourquoi pas écrire ce que j'ai en tête depuis des années .Je lis énormément ,j'ai finalement ( grace à mon meilleur ami ) commencer à mettre noir sur blanc .Mais...je me demande si
je fait bien .Je m'explique !Comment je peu savoir à quelle moment cela deviens un chapitre et un autre .Je vois très bien en me relisant qui est qui , et ce que ressent tel ou tel personnage .Mais
c'est la ! que cela coince , comment je peu savoir ci cela et bien ou pas .Je me dit aussi qu'à 44 ans c'est peut-être tard pour faire une livre , car je sais que cela prend énormément de temps ,
entre l'écris , le faire publier ( ce qui n'ai pas toujours gagné ).
voila !en gros , je sais pas si j'écris bien.
Et comment le savoir .

Cordialement Carole


Aloysius Chabossot 11/01/2010 10:46


Chère Carole,
44 ans n'est certainement pas trop tard pour écrire un livre, ni même 50 ans ou 60. Pour organiser vos écrits, je vous conseillerai, comme je le fais souvent en pareil cas, de vous procurer "la
dramaturgie" aux éditions du "clown et l'enfant". Ce livre contient quantitié de conseils qui pourraient vous être utiles (même si au départ il est écrit pour les auteurs de théâtre et les
scénaristes).
Je vous souhaite de réussir pleinement dans votre entreprise.
PS : et pour savoir si vous écrivez "bien", lisez des romans d'auteurs reconnus, et comparez !


Vicky 27/10/2008 11:28

Je débarque fraîchement (pas chaud ce matin !) dans la conversation, mais je pense que c'est la poule qui se positionne idéalement en céréales killer, tandis que le lapin, doté d'un sens aigu de l'observation, se trouve être le détective chargé de l'enquête...

Aloysius Chabossot 27/10/2008 11:36


Voilà un point de vue qui, bien que un peu tardif, n'en reste pas moins très intéressant.


Ainsi. 13/03/2008 14:55

Muahaha. Comme dans ton livre, je vais t'envoyer un "pas mal :)"
Elle est vraiment cool cette méthode, puis grâce à toi, hier dans le 75 de la ligne des bus de Paris. Sur tes passages préférés de Marc Levy, j'ai eu un GROS MAIS TRES GROS fou rire !
Bref, génial, je te trouve encore plus mystérieux Monsieur Chabossot.
See ya'

Aloysius Chabossot 14/03/2008 17:28

J'espère que pour le coup vou sn'avez pas été remarqué par un contrôleur, car je suis SUR que vous voyagez sans ticket ! Mouah ah ah !

Ainsi. 11/03/2008 11:23

Waw ! Je suis trop content, j'ai trouvé ton livre hier à la Fnac, que j'ai acheté avec un GRAND sourire.
Une critique positive plus tard ? (La démarche est si bonne, que le livre ne peut que sonner l'identique.)

Aloysius Chabossot 11/03/2008 20:27

Oui, une critique, mais uniquement si elle est positive, bien évidemment.En tout cas, bravo : passer avec le sourire à la caisse, ce n'est pas tous les jours...(et merci, aussi, hein !)