Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 15:01

Cher Monsieur Chabossot,

Je m’appelle Madeleine, j’ai 35 ans et je travaille comme hôtesse d’accueil à la coopérative vinicole de Saint-Fignac en Gironde. Il y a deux jours de cela, j’étais à la cantine avec Monsieur Gachot, adjoint au directeur commercial de la Coop, lorsque l’idée d’écrire un roman m’a subitement traversée l’esprit. J’ai aussitôt fait part de ce projet à mon collège et néanmoins supérieur, sans doute dans l’espoir de lui soutirer un semblant d’acquiescement. Au lieu de l’encouragement attendu, ce gros porc de Denis Gachot ma regardé avec ses petits yeux chiasseux et a déclaré tout en propulsant alentour le contenu de carottes râpées qui jusqu’à présent avait trouvé refuge dans sa grosse bouche molle aux chicots immondes : « Toi ? Un roman ? Laisse-moi rire ! ». Pour ajouter un peu à mon humiliation, Jacques Mertin qui passait à ce moment-là avec son plateau-repas entre les mains s’est arrêté pour rire aux éclats à la blague de son chef, alors que cette serpillière encravaté n’avait bien évidemment rien entendu. 

Mais je ne suis pas le genre de femme qui se décourage pour si peu. Le soir, à la maison, j’ai voulu parler à mon mari de ce formidable projet qui ne cessait d’habiter mon esprit depuis la cantine. Il m’a donc écouté avec toute l’attention requise tout en regardant la télé, puis lorsque j’ai eu fini, il est parti dans la cuisine se chercher une nouvelle canette de bière qu’il a décapsulé en soupirant. 

Voilà donc mon problème : je suis très motivée, je sens en moi l’étoffe d’une grande romancière, et il est clair que quand je vais m’y mettre, ça va faire très mal, une sorte de Super Guy des cars avec des morceaux de Guillaume Musso dedans, pas moins. Mais je ne me sens pas du tout soutenue par mon entourage, et du coup j’ai un mal fou à m’y mettre. J’ai pourtant un très bon titre : « Coopérative vinicole de Saint-Trougnac, bonjour ! » (Vous noterez au passage le discret hommage au « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan ») et une histoire solidement charpentée (Virginie, une très belle femme de 35 ans, est responsable des relations publiques dans un gros trust vinicole. Un soir tard, alors qu’ils travaillent sur un gros dossier, Virginie tombe subitement amoureuse de Denis , le jeune bizness manager fraîchement promu de Harvard. Ils font l’amour à même le bureau au milieu des papiers éparpillés. S’en suit une torride liaison amoureuse qui s’étend sur des mois et brasse tour à tour gros dossiers épineux, position du kama sutra sur la moquette du couloir, lampe de bureau renversées et nuits d’hôtel au Formule 1 maquillées en frais de mission). 

Monsieur Chabossot, vous seul pouvez m’aider à prendre la bonne décision : dois-je tout envoyer promener, travail, maison, mari, afin de me consacrer corps et âme à ma passion dévorante de l’écriture ? Accessoirement, dois-je mettre un terme à cette histoire minable avec ce gros porc de Denis Gachot ? 

Je vous en supplie, répondez-moi !

Madeleine Guillomard, une femme qui ne sait pas, qui ne sait plus 

 _______________________

 


Chère Madeleine,
 

 

Tout d’abord permettez-moi de vous féliciter : une passion aussi dévastatrice que la vôtre, et qui de surcroît dure – si mes calculs sont bons – depuis plus de 48 heures, ça ne se rencontre pas tous les jours. Je ne puis que vous encourager à persévérer dans cette voie, pour au moins arriver jusqu’au week-end. 

Maintenant, est-il vraiment nécessaire de faire table rase de l’existant pour vous adonner pleinement à l’écriture de votre grand œuvre ? 

Il apparaît, à la lecture de votre « synopsis », que votre vie quotidienne, même si vous avez su la parer de tous les atours de la fiction afin que nulle influence n’y soit décelable, fournisse la matière première de votre inspiration romanesque. En supprimer les éléments les plus importants, ne serait-ce pas tarir définitivement la source ? Dès lors, que raconter ? Une énième histoire de magicien boutonneux évoluant au sein d’un monde tristement imaginaire ? Allons, Madeleine, il me semble que vous êtes d’une autre trempe, tout de même ! Aussi, je vous conseillerai de continuer comme avant, comme si de rien n’était, sauf peut-être sur un point : oublier ce Denis Gachot qui mange si salement et tenter votre chance avec Jacques Mertin. Il n’a pas l’air bien malin non plus, mais au moins n’aurez-vous  plus à supporter les jets intempestifs de nourriture lorsque vous déjeunerez en face de lui. 

A présent, j’aimerai beaucoup que vous vous mettiez au travail, car – je l’avoue sans honte – les quelques éléments de votre histoire que vous avez bien voulu me livrer m’ont particulièrement ému, touché, transporté (surtout le passage sur la moquette) et je suis impatient de tenir entre mes mains le résultat de vos efforts.

Bien à vous,

   

AC


BussinessHome2.gif.jpg

L'entreprise, ultime refuge du romanesque ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Courrier des lecteurs
commenter cet article

commentaires

Johan 10/02/2008 23:08

Chère Madeleine,

Quel que soit votre projet, nul ne vous prendra au sérieux tant que vous n’avez rien débuté. Présentez 200 pages correctement écrites et l’on vous écoutera. Pour le moment, vous me faites penser à ceux qui tentent de stopper la cigarette (moi, par exemple) et qui reprennent au bout de trois jours (toujours moi, par exemple). Sauf qu’en ce qui me concerne, le médecin risque de décider à ma place. Ecrire étant bon pour la santé intellectuelle, vous pouvez également tomber sur un médecin qui vous conseillera de…

On n’écrit pas pour devenir riche et célèbre. Les chances de publication (autre que les comptes d’auteur arnaques, pardon pour le pléonasme) sont très faibles et la probabilité de voir son nom dans le dico, encore plus. On écrit par amour de la littérature et de notre chère langue française.

Commencez par lire beaucoup, par vous documenter et par ressortir vos regrettés cahiers de grammaire. Votre texte comporte de nombreuses fautes d’accord, souvent éliminatoires pour un comité de lecture. « m’a traversé l’esprit » et non « m’a traversée », car le COD est « esprit », masculin singulier placé après le participe passé, et non « me ». Etant une femme, votre mari vous a « écoutée », car « me » est placé avant le PP. « positions du Kama Sutra » au pluriel. Idem pour les « lampes renversées ». Prenez l’habitude de corriger ces fautes, même sur Internet. Rassurez-vous, je me trompe aussi souvent.

Attention au titre ! Je n’ai rien contre l’Aquitaine (j’y habite également), mais Saint-Trougnac fait un peu plouc ou ivrogne. Après tout, pourquoi pas.

La difficulté n’est pas seulement de trouver un sujet original, mais de pouvoir le fertiliser. Insistez sur l’ambiance du milieu vinicole, quitte à le caricaturer. Imaginez des rebondissements. Il faudra surtout distancer la concurrence, assez rude parmi les auteures relatant leur vie sexuelle.

Bonne chance à vous.

Maudit-Bic 10/02/2008 03:42

Madeleine, je vous admire, je vous envie je vous hais.
J'ai le stylo, le papier, l'ordimini avec une case rouge pour appuyer dessus quand la voix le dit. Je n'ai pas le moindre début d'histoire (synopsis comme dit Aloysius).

Aloysius Chabossot 10/02/2008 03:57

Ne haîssez point Madeleine, Madame Bic, n'ajoutez pas à sa peine, une femme dans sa situation.

Pffftt... 08/02/2008 14:47

Effectivement tou plaker pour écrire seré très judicieux, le mari, les enfants et le crédit immobilier o placard...Ma chère Madeleine comme je vous comprends! g cherché à éliminer par les moyens les plus sorciers mon gros porc de Denis Gachot...il vit encore...et je continue pour d'obscures raisons financières à le croiser entre deux bureaux...Vivre d'écrire est-ce seulement un truc possible ???
o fait Aloysius je n'é plus un rond...dites moi ke je lui suis le commentaire numéro 1000 car je rêve de lire votre oeuvre !!!!
Bien cordialement

Aloysius Chabossot 08/02/2008 16:02

Je le ferai avec plaisir, mais je suis totalement incorruptible.Et puis attention : interdit d'utiliser la technique de "com en rafale", trop facile.

Loïs de Murphy 07/02/2008 23:47

J'ai ri aux éclats, merci beaucoup !

Aloysius Chabossot 08/02/2008 08:24

Je vous en prie, c'est toujours un plaisir.

Sévy 07/02/2008 16:48

Aloysius, je vous conseille de ne pas vous fier au sexe de Madeleine ! Ne trouvez-vous pas qu'il semble ambigu au début du 3ème paragraphe ?
Est-ce Madeleine que nous voyons sur la photo ?

Aloysius Chabossot 07/02/2008 16:54

Cher Sévy, je vous rassure : Madeleine est bien une femme. Mais pour des raisons de discrétions que vous comprendrez aisément, elle ne figure pas sur la photo, c'est un mannequin au chômage qui l'a remplacée.