Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 17:03

Aujourd’hui, un lecteur insatisfait. Le courrier commence directement.

 Immense écrivain et poète, doté d’une culture prodigieuse et d’une qualité de réflexion incomparable, je suis à la tête d’une œuvre colossale qui ne compte pas moins de 85 volumes, tous édités dans les plus prestigieuses maisons d’édition (mais dont vous n’avez bien sûr jamais entendu parler, insignifiant inculte que vous êtes) à un nombre d’exemplaires frisant la démence. Mes thèmes de prédilection sont très variés : promenade dans les bois, dîner entre amis, sortie en boîte, cinéma, et j’aime à les essaimer dans la profusion des genres que m’offre l’écriture : essais, romans, poèmes, épopées, liste de courses, cartes postales, rapports financiers… Tout est bon pour moi tant mon inspiration, que dis-je, ma voracité créative, ne connaît aucune limite.
 Par ailleurs, afin que le tableau soit achevé, je dois à la vérité de dire que le jour de ma naissance les Dieux se sont donné rendez-vous autour de mon berceau afin de parer ma personne de toutes les vertus que la terre puisse décemment porter. Ainsi chacune de mes apparitions en public est l’occasion de manifestations grotesques d’adoration mystique tout à fait déplacées, j’en conviens. Néanmoins, il m’arrive parfois, lorsque je me sens d’humeur badine, d’accorder quelques instants d’attention à une créature repérée pour sa beauté dans le tas informe de larves idolâtres qui rampent à mes pieds. A ce titre on ne compte plus mes conquêtes féminines, toutes des créatures de classe internationale qui me tombent dans les bras avec toute l’insolence de leur jeunesse, dans l’unique et fol espoir que je leur lise de ma voix chaude et délicatement timbrée quelque extrait de mon œuvre pris au hasard des pages, tandis qu’elles se prélassent, un verre de pink champagne à la main sur une peau d’ours fraîchement dépecée (mais lavée).
 Après cela, dire que je côtoie les grands de ce monde apparaît comme purement accessoire, mais pourquoi après tout le cacher ? Oui, les problèmes gastriques de Jacques Attali n’ont plus de secret pour moi, oui j’ai offert sa première guitare à la fille adoptive de Johnny (celui-ci s’est d’ailleurs exclamé à l’ouverture du paquet cadeau : « Mais elle est bien trop petite pour jouer au tennis ! »), oui, c’est moi qui ai recueilli les dernières paroles de François Mitterrand sur son lit de mort (« tu peux ouvrir la fenêtre, j’ai… » Il n’a pas eu hélas le temps de finir, mais connaissant mon François, je pense qu’il avait chaud). Oui tout cela est vrai, et le reste aussi.Mais que sont l’amour, la gloire et la beauté lorsque qu’une petite chose insignifiante se refuse à vous, injustement ? Et quelle est cette chose infime qui ose encore me résister ?Allons ne fais pas l’innocent, Chabossot, infâme crapule pétrie de la plus abjecte des jalousies, pourfendeur du véritable génie par la seule volonté de sa rancœur tenace.

Des faits ! Des faits ! Nous y voilà ! Depuis que tu as ouvert ta rubrique « Avis sur texte », vieillard priapique et analphabète, je n’ai eu de cesse de t’envoyer quelques-unes de mes sublimes créations dont je pensais que tu les livrerais aussitôt à l’admiration bêlante de la foule extatique qui te sert de lectorat. Mais en lieu et place d’une publication qui aurait serti d’un joyau de la plus pure espèce le misérable blog où se répand la répugnante diarrhée verbale qui te tient lieu de prose, un petit mail laconique et mesquin où l’on pouvait lire « Vos poèmes sont ennuyeux ». Ennuyeux, mes poèmes ? Ah crapule ! Je te mets au défi :

Ose donc publier ces quelques vers que je viens de composer en l’honneur de ma bien-aimée, ose affronter, homme pleutre, les trombes de commentaires superlatifs qui envahiront aussitôt ta minable gargote numérique !

Monsieur, je ne vous salue pas

 Vanceslas de Tiffubery de la Gouillardière

PS : Voici le poème :

 

Mon canard

 

Mon canard est le plus beau des canards

Et quand je le vois gigoter dans sa marre

Majestueux et fier comme un coq de bruyère

J’ai le cœur qui bondit dans la verte clairière

Et je lui cours après, déposer un baiser

Sur son beau bec fin, délicatement ourlé

 ____________

 


Cher Vanceslas,
 

 Sachez que de confiance, j’admire le grand auteur que vous êtes, et le rouge de la honte me monte au front à l’idée de n’avoir jamais entendu parler, pauvre inculte que je fais, d’une telle sommité des lettres.Toutefois, si le contenu de vos 85 volumes ressemblent de près ou de loin au poème que vous avez eu la bonté de transmettre, je n’aurai qu’un conseil à vous donner : prenez le maquis. Car en ce moment même, il est plus que probable qu’un bataillon armé de Green Peace soit à vos trousses, avec comme motif de condamnation: « Participation active à la déforestation de l’Amazonie pour des motifs irresponsables et futiles ".

En effet, que dire de vos vers ? Comparer un canard à un coq de bruyère, oui, effectivement, il fallait l’oser. Mais vous auriez cependant pu l’oser en toute intimité, sans déranger personne, non ? 

Votre bien dévoué, 

AC

   

PS : Ah !Oui, un deuxième conseil tout de même : vraiment, prenez le maquis. Car si votre « bien-aimée » apprend incidemment que vous la comparez à un « canard » qui « gigote dans sa marre », croyez bien qu’à côté des sévices qu’elle vous fera endurer, le peloton d’exécution de Green Peace vous semblera comme une savoureuse gâterie.

canard.jpg
 
 Madame de Tiffubery de la Gouillardière au bain

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Courrier des lecteurs
commenter cet article

commentaires

mimo 25/08/2009 10:33

Merci cher AC pour ce grand éclat de rire... quelle répartie

Lucie Picard 18/02/2009 04:47

Une fois que votre roman est écrit, avez-vous songer à la relecture et à la révision?

Confiez-nous votre manuscrit pour éliminer les fautes d'orthographe, de syntaxe et de ponctuation. Ainsi votre texte sera clair et facile à lire.

Vous composez et je corrige. Tout se fait par courriel, aucun déplacement requis.

Si vous êtes intéressés à connaître mes tarifs, envoyez-moi un courriel à manuscrit.etc@live.ca

Au plaisir de vous lire!

Aloysius Chabossot 18/02/2009 14:44


Et vous, avez-vous songER à vous relire, avant de proposer des services qui, de toute évidence, dépassent largement vos compétences ?


moulaert 23/01/2009 15:05

Je ne suis pas écrivains, je cotoie une personne qui a une vie étonnante de souffrance, tout les grands sujets de société tels enfance difficile, avoir un enfant à 15 ans qui sera placé, mariage forcé, enlèvement et sequestration,... personne aujourd'hui que tout les gens qui la rencontre son sous le charme et ne peuvent resté indifférent à sa gentillesse et le courage qu'elle inssufle. De plus elle porte le prénom de rose tout un symoble, serait-il intéressant d'écrire son histoire... faire le lien entre son prénom, sa vie, et les notions de courage,motivation et rêve.
Merci de votre franchise.

Aloysius Chabossot 29/01/2009 09:34


Ecrire l'histoire de Rose, pourquoi  pas ?


la marquise de sade 06/07/2008 01:34

Le docteur G. de la littérature !!!

Lorenzo 03/07/2008 22:37

Salut...je ne savais pas ou écrire ce commentaire, alors je l'écris ici:

Je n'ai que 13 ans et je vis au Québec, au Canada, et je n'ai pas beaucoup de connaissances en matière de livre mais je me débrouille bien et j'ai déjà commencé l'écriture d'un roman...Tout ce que j'aimerais savoir..serait des trucs et des méthodes pour arriver à enrichir et bien structurer mon histoire pour qu'elle est du sens.

Se serait très gentil de votre part de me répondre...

Merci,

Cordialement,

Lorenzo

Aloysius Chabossot 04/07/2008 11:45


Eh bien, cher Lorenzo, vous pouvez commencer par lire ce site, puis éventuellement la merveilleuse "méthode Chabossot" écrite par mes soins. Sinon, étant donné votre jeune âge, je vous conseillerai
de lire" Ecritures" de Stéphen King, plein de conseils de bons sens d'un auteur célèbre qui sait cependant rester simple et accessible.