Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 13:14

C’est donc décidé, vous allez écrire un roman. Nous supposons (peut-être à tort) que cette décision résulte d’une réflexion poussée et longuement mûrie découlant elle-même d’une évolution dans votre pratique de la création littéraire qui vous semble naturelle et tout à fait légitime. Concrètement, vous avez déjà écrit un certain nombre de nouvelles de longueurs variables qui ont fait le ravissement plus ou moins sincère de votre entourage.

 Vous n’êtes donc plus tout à fait un débutant.

 Mais vous n’êtes pas sans ignorer qu’en France, la nouvelle publiée est en majeure partie réservée aux écrivains confirmés (à l’exception- qui confirme donc la règle - d’Anna Gavalda qui a débuté avec ça). La nouvelle n’intéresse personne, c’est sans doute injuste, mais c’est comme ça. La nouvelle, ça fait pas très sérieux, dans la mesure où quiconque possédant un minimum de maîtrise de la langue peut en écrire une, voire plusieurs, en un week-end. Ce constat en appelle un autre : jamais la nouvelle ne fera de vous un écrivain au yeux du monde. Car aujourd’hui, en France, tout le monde écrit, tout le monde est écrivain. Pour se démarquer un tant soit peu, il est donc nécessaire de passer à quelque chose de plus sérieux : le roman.C’est sans une des raisons qui vous a poussé à vous lancer dans cette magnifique aventure. Autant le dire tout de suite : si c’est la seule, ce ne sera pas suffisant. Car si pour la nouvelle, un simple « alibi » suffit pour pondre 3,4 feuillets, il n’en va pas de même avec le roman. Pour tenir la distance des 150 pages (strict minimum) il faut tout de même avoir des choses à dire, et autant que faire ce peut, les dire bien. Aussi est-il fortement conseillé de se méfier de l’inspiration qui dans l’imaginaire commun, suffirait à elle seule à fournir la matière première de toute bonne histoire.

 Pourquoi est-ce insuffisant ? Tout simplement parce que l’inspiration, ça ne veut rien dire, et l’image d’Épinal qui nous montre l’écrivain noircissant au milieu de la nuit des pages et des pages sans discontinuer n’existe pas dans la réalité. Oubliez donc l’inspiration et munissez vous de solides « biscuits » (histoire détaillés, plan, définition des personnages) qui vous permettrons de mener à bien votre tâche. Munissez-vous également de patience et d’acharnement, sans quoi votre beau projet risque de capoter au premier chapitre (il sera toutefois possible de le recycler en nouvelle).

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Comment écrire un roman
commenter cet article

commentaires

-red light- 16/03/2008 16:00

Très agréable à lire ces conseils! Au titre, j'ai eu peur d'avoir à faire à une leçon barbante mais au contraire, c'était très amusant et instructif!
Merci monsieur!

Aloysius Chabossot 20/03/2008 19:40



Non, non, je vous assure, il s'agit bien de leçons barbantes (enfin, c'était le but).



Johan 17/08/2007 15:33

Je dirais que pour se lancer dans la construction (j’aime bien ce mot) d’un roman, il faut avoir l’amour immodéré de l’écriture. J’ajouterais que c’est un peu comme pour le cyclisme : il faut être maso.

Bouc & Moustache 17/08/2007 13:53

je découvre tes articles aujourd'hui et je me délecte... si l'intérêt de la majorité d'entre eux est véritable, j'apprécie ta façon humouristique de nous surprendre sans cesse

Abigael 11/07/2007 14:41

alastor, savez vous que le génie est souvent considéré en philosophie comme la frontière entre le monde réel trop superficiel et la folie, qui elle va trop loin au fond des choses et les retourne complètement ?
vous paraissez avoir beaucoup de talent hahaha !

alastor 14/01/2007 00:11

Personnellement j'ai un truc pour créé un personnage: je me mets dans sa peau...mais totalement (ça m'a valu de changer je ne sais combien de fois de coiffures et de styles vestimentaires ^^) et je pense comme lui suffisament longtemps pour qu'il devienne independant. Quand il l'est je le range dans ma tête avec les autres et je discute avec eux tout le temps....Je sais ça peux faire de moi un fou mais le meilleure moyen pour créé un personnage realiste c'est de le faire exister et personne n'a jamais dit que l'existence se faisait obligatoirement dans un cadre réaliste ^^

Sinon pour les idées du plan et de la préparation je suis assez d'accord avec vous mais vous donnez une approche tout de même extremmement théorique...Un peu comme si l'écriture était une recette de cuisine. Je pense que c'est l'experience qui prime...La création insescente d'histoires qui par la suite nous paraîtrons ridicule.
Je dis ça car en regardant ce que j'essayais d'écrire il y a 5ans j'ai trouvé ça particulièrement médiocre mais en essayant de lire dans la continuité ce que j'ai fais durant ces 5 ans alors j'ai vu que l'écriture se préciser et s'enrichisser de versions en versions.

Si j'avais un conseil à donner ce serait celui-là: n'en écoutez aucuns! foncez et ecrivez simplement, puis relisez ce que vous avez ecris au paravant jusqu'à ce que vous preniez vos marques et que vous arriviez à developpé votre propre methode de travail et ainsi votre style, comprenant de vous même ce qui est necessaire ou non.