Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 22:58

Comme le New York Time l’annonçait récemment, je m’apprête à participer à la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde qui se tiendra les 7, 8 et 9 novembre prochains. Durant ces trois jours j’aurai l’occasion de m’asseoir sur une chaise, derrière une table sur laquelle seront vraisemblablement empilés les exemplaires de mon ouvrage « Comment devenir un brillant écrivain » qui n’auront pas encore trouvé d’armoire normande à caler. Fort heureusement, la durée de ces épreuves se limitera à deux heures par jour, en fin d’après-midi, ce qui me laissera un temps vacant assez considérable dans une ville inconnue où par ailleurs je ne connais personne. Je disposerai donc de tout le loisirs nécessaire pour fureter à droite, à gauche (selon l’agencement des allées) au milieu de ce salon du livre qui, dit-on, est en importance le deuxième de France après Paris. On annonce du beau monde - Frédéric Beigbeider, Amélie Nothomb, entre autres- et peut-être aurais-je la joie de partager ma modeste chambre d’hôtel avec l’un d’eux (j’avoue que je préférerai nettement Beigbeider, il paraît que Nothomb ronfle comme une chaudière mal entretenue, c’est Beigbeider qui me l’a dit).

Bref, tout ça pour dire que ce petit séjour pourrait donner lieu à un compte rendu distrayant.

Reste à savoir si cela intéresse quelqu’un… D’où ma question : dois-je me munir de mon crayon et de mon calepin pour me rendre à Brive ?

Pour répondre, le « sondage » se trouve dans la colonne de gauche.


Foire de Brive : une foule impatiente
se presse auprès des vedettes de l'édition

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article

commentaires

FG 13/11/2008 20:36

Valentine Goby : la note sensible, non ? Il me semble l'avoir lu... pas mal... très "livre de jeune fille"... Je ne sais plus bien...
Les autres inconnus... et là, j'espère une réaction indignée... mon ignorance crasse... Je viens de terminer l'Amour des Maytree d'Annie Dillard... superbe, du coup je me suis attelée à Thoreau et bientôt mon préféré... Le Clézio... pour la vie...

Aloysius Chabossot 14/11/2008 09:09


Non, le dernier... ET pas vraiment livre de jeune fille, hisotire d'avorteuse, style très travaillé. A lire. Pas de réaction indignée pour les "autres inconnus", vu que mopi-même je ne connais pas
Dillard, Thoreau, et ai lu en tout et pour tout une vingtaine de page de Le Clézio. Les voies de la lecture sont parfois impénétrables...


FG 13/11/2008 15:51

Au risque de vous vexer, je remarquerais volontiers que, pour un écrivain, vous n'êtes pas à la hauteur en matière d'orthographe... étonnant ! Bien que tout soit désormais auto... quelque chose... matique....il est à noter que nos neurones sont en fait moins rapides que nos doigts... ! Je vous chambre ! (enfin je me comprends !).
... Par contre, ce livre, c'est un sujet un peu morbide pour une si joyeuse Foire du Livre, non ? Qu'avez-vous acheté d'autre ? Je croyais que les écrivains étaient centrés sur eux-mêmes et que, perdus dans leurs mondes intérieurs, ils autosatisfaisaient leurs envies d'imaginaire ?

Aloysius Chabossot 13/11/2008 19:43


Vous avez parfaitement raison : 2 fautes en 2 lignes. Cela dit, croyez-moi, je suis loin d'être le pire (Avant d'être imprimés, les livres passent entre les mains d'un correcteur, qui a souvent
énormément de travail...)
Le dernier Valentine Goby, c'est sûr, c'est pas de la rigolade en barre !
Qu'ai-je acheté d'autres ?
Caroline Sers, Patrick Goujon, Bertina Heinrichs, voilà, je crois que c'est tout...


FG 11/11/2008 20:13

Bizarre il me semblait que c'était un Gallimard, couleur Gallimard quoi, "beijjaunorangétristemaiclasse", pas rouge... Ah mais oui, vous l'aviez déshabillé ! .... Dommage, j'aurais pu vous l'échanger contre "L'homme à l'autographe" de la belle Zadie !

Aloysius Chabossot 13/11/2008 10:59


Oui, je l'avais déhabillé, comme vous dites ! Cela dit, je ne vous l'aurez pas échangé, puisque je ne l'ai pas encore lu (du moins fini).


fg 10/11/2008 19:47

Mais les lecteurs ne sont pas des "gens" ! Ce sont des êtres sensibles, timides, fleurs bleus... Ils imaginent les écrivains rayonnants de culture et d'envie de partager ! Et puis, je trouve ça joli une rencontre ratée avec un écrivain parce qu'il lisait le livre... d'un autre... Lequel au fait ? Allez soyez honnête... j'ai cru voir Gallimard mais pas osé me coucher sur le comptoir...

Aloysius Chabossot 11/11/2008 13:39


Les lecteurs timides, sensibles etc... euh, pas tous, je peux vous l'assurer !
Cela dit, il fallait oser vous coucher sur le comptoir, je suis certain que la conversation qui s'en serait suivie aurait été passionnante !
Le livre e question était (vraisemblablement, car j'en ai acheté plusieurs) celui de Valentine Goby "Qui touche à mon corps je le tue".


FG 10/11/2008 13:59

Déception terrible : je suis allée à Brive le coeur plein d'émoi et la carte bleue frétillante. J'entre dans la foire, je tournicote, c'est plein d'écrivains alignés comme des laitues en rang... d'oignon ! Les visiteurs semblent souvent gênés parfois presque couchés sur la table l'oeil humide et la main tremblante. Et soudain, merveille des merveilles, vous ! Votre nom, votre chaise et dessus, lumineux vous ! Je m'approche le sourire aux lèvres, je prends doucement votre livre entre mes mains, je vous regarde... et bien, rien, que dalle, des clopinettes, des nèfles, vous êtes resté les yeux obstinément baissés sur un livre (lequel d'ailleurs ?), ne m'avez pas vu réaliser une magnifique danse de la pluie... j'ai reposé votre livre, je suis partie... vous n'auriez pas du venir à Brive... pour lire il y a des endroits autrement plus chaleureux... Sans rancune...

Aloysius Chabossot 10/11/2008 15:08


J'ai dû effectivement, sur un ensemble de trois jours qui représente plus de 20h assis sur ma chaise derrière ma table, dans une chaleur étouffante et un brouhaha assourdissant, passer une
vingtaine de minutes à lire. Vous êtes visiblement venu durant l'une d'elles. Cela dit, un petit signe aurait suffit pour que j'abondonne ma lecture : j'étais présent avant tout pour rencontrer des
gens !
Dommage, donc...
(PS : je n'ai remarqué aucune danse de la pluie... Sinon, vous pensez bien que j'aurai vivement réagi !)