Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 00:47

 

http://comment-ecrire-un-roman.eklablog.com/

A tout de suite !

Je n’ai jamais lu un livre d’Amélie Nothomb. Je sais cependant, comme 99% de la population, qu’elle exerce le métier d’écrivain et qu’à chaque rentrée littéraire elle livre à son éditeur, comme une bonne petite ouvrière, un échantillon de sa production auquel elle donne immanquablement un nom bizarre, on ne sait trop pourquoi. Quoi d’autre ?  Elle porte des chapeaux grotesques dont on ignore s’ils servent à dissimuler un crâne trop volumineux, ou s’ils sont simplement énormes juste pour le plaisir. Et pour finir, elle possède un timbre de voix très particulier, ressemblant à s’y méprendre au son de la craie crissant sur le tableau vert d’un instituteur sadique. Il serait donc plus honnête de dire que je ne sais rien d’Amélie Nothomb, et encore moins sur ses bouquins.
Toutefois j’ai pu récemment constater qu’Amélie dit des choses intelligentes (il est également possible qu’elle en écrive, mais comme dit plus haut, je suis mal placé pour en juger).
Donc, l’autre jour, elle a dit quelque chose de très intelligent, c’était à la radio, et elle était interviewé par un de ces journalistes dégoulinants d’obséquiosité prêt à se pâmer devant le moindre rot dès lors qu’il est émis par un personnage médiatiquement important. Je ne me souviens plus de la question, mais Amélie s’est attardée sur sa méthode d’écriture. Non pas quelle plume elle utilise, ni sa marque de papier préféré, mais sur sa gestion du temps. Amélie se lève tous les jours à 4h du matin et écrit jusqu’à 8h (du matin). Quatre heures d’écriture, tous les jours de la semaine, qu’il vente ou qu’il pleuve. Et là où ça devient encore plus intéressant, c’est qu’elle avouait que ce rituel l’ennuyait profondément, que bien souvent, pour ne pas dire toujours, elle resterait bien couchée, Amélie, pour finir tranquillement sa nuit et se faire réveiller par le soleil levant et le chant des oiseaux. 
Bon, ensuite elle racontait que si elle n’écrivait pas tous les jours elle mourrait et patati et patata... disons que c’est sa problématique à elle, son barnum personnel. Mais pour l’ensemble des écrivains en devenir, c'est évidemment une leçon a retenir : même avec du talent, de l’inspiration et tout le reste, vous n’arriverez jamais à rien si vous ne vous imposez pas une discipline, si vous ne devenez pas, comme le disait Amélie Nothomb, votre propre bourreau. En somme, l’écriture n’a rien de “fun”, de jouissif, c’est avant tout une occupation de masochiste. A méditer avant de se lancer !
signe-amelie-nothomb-L-2
Amélie Nothomb après une panne de réveil

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Comment écrire un roman
commenter cet article

commentaires

jean-yves 20/06/2011 16:32



Bonjour,


j'ai lu deux ou trois Amélie. Stupeur et tremblements, c'est pas mal, c'est brillant. Je l'ai entendue dire (ou je l'ai lue, je ne sais plus) que quand elle écrit, elle est glacée. Réaction
physiologique symptomatique. Ecrire, ça peut effectivement être un calvaire. C'est peut-être la marque des meilleur(e)s ?


Je suis épaté de voir les fôtes d'ortograff que font certains écrivains amateurs. ça aussi c'est un signe. D'après moi, quelqu'un qui peut espérer faire quelque chose là dedans a forcément une
bonne orthographe. Sinon, autant passer ses loisirs à autre chose et soulager les éditeurs de (nombreux) envois de manuscrits.


Bien à vous.



Natacha 19/01/2011 18:43



Je viens de découvrir votre blog, par hasard, alors que je relisais mon dernier manuscrit, nul, que j'ai pourtant osé envoyé à de grands éditeurs parisiens, et alors?, histoire de m'en
débarrasser, en attendant que le prochain soit mieux, et v'là-t-y pas que je tombe sur votre blog, et alors?, là je me dis qu'il y a des gens qui écrivent sacrément bien et qu'il faudrait que je
sois bien naïve pour imaginer un jour pouvoir être éditée, heureusement il y a le bibliothécaire de mon village qui croit dur comme fer en mes talents, et alors?, attendant désespérément que je
lui remette un petit pamphlet ou autre nouvelle excitante qui ferait la joie des abonnés de la bibliothèque, c'est à dire des villageois de mon village, alors oui, je veux bien m'accrocher à
cette idée, continuer d'écrire juste pour le plaisir de rendre heureux mon bibliothécaire préféré. What else?     



Aloysius Chabossot 24/01/2011 06:13



Ecoutez, un bibliothécaire, c’est déjà énorme comme lectorat, et beaucoup sans doute vous l'envient. Gardez-le précieusement.



cass 14/01/2011 15:39



si vous n'avez lu aucun de ses livres, vous la fermez.



Aloysius Chabossot 14/01/2011 15:51



Allez exercer vos ridicules diktats ailleurs, scrofuleux petit dindon !


Le cerveau hydrocéphale qui fera taire AC n’est pas encore de ce monde !


(Parlons plus simplement : relisez votre pseudo, ajoutez juste derrière : "TOI")



Amoure 03/01/2011 19:05



On écrit bien que ce qu'on connait,



Aloysius Chabossot 10/01/2011 09:44



Mmmmmmmmmm....


(cloches tibétaines en arrière fond)



Alban 10/12/2010 20:43



Ca me fait penser à un livre de Steven Pressfield, en anglais The War of Art (et non l'inverse), dans lequel il décrit le combat de tout écrivain ou créatif contre ce qu'il appelle la Résistance,
avec un grand R. Une espèce de force qui nous assaille tous, chaque jour, pour nous empêcher de nous y mettre. Amélie Nothomb semble avoir sa manière à elle de vaincre cette Résistance.


Au passage je conseille à donf le livre de Steven Pressfield, il est super ;)



Aloysius Chabossot 13/12/2010 09:36



Ca donne bien envie de le lire, ce livre ! Hélas, il est en anglais... :(