Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 13:52

Il se trouve actuellement sur le net une « affaire » qui doit en tout et pour tout passionner une cinquantaine de personnes (et être suivie de plus ou moins près par une centaine d'autres), mais qui possède le mérite de mettre en lumière des stratégies propres au monde des blogs, pleine d’enseignements pour ceux qui voudront bien les observer en prenant un tant soit peu de hauteur (ce qui ne devrait pas s’avérer une tâche trop compliquée).

 Tout commence sur le blog de « Wrath », lancé il y a quelques années de cela par une jeune personne désirant se faire éditer. Au début, rien ne distingue ces pages de milliers d’autres pages rédigées par des auteurs en quête de reconnaissance : récit d’envoi de manuscrit, d’attente fébrile, de relance par mail, le tout entrelardé d’avis sur des films, des livres, etc. Les choses évoluent lorsque les lettres de refus s’empilent et qu’il s’avère que les manuscrits de « Wrath » ne trouveront définitivement pas d’éditeur.

Un refus peut être à juste titre ressenti comme une véritable agression par l’auteur, a fortiori lorsqu’ils se répètent. Pour se protéger de telles agressions, l’écrivain en devenir dispose de plusieurs solutions : abandonner (et admettre, malgré la blessure égotique que cela suppose, que l’écriture n’est décidément pas pour lui), persévérer, en se remettant au travail. Ou alors mettre en cause le système à l’origine du refus (et de la blessure). Cette solution, si elle s’avère par définition stérile, possède néanmoins l’énorme avantage de préserver l’égo de l’auteur : son talent n’est pas en cause, ce sont ceux chargés de l’évaluer qui sont dévoyés.

C’est cette voix que « Wrath » a choisie. Dès lors, la grande majorité de ses billets sera consacrée aux turpitudes du monde de l’édition. Personne ne trouve grâce à ses yeux : les écrivains édités, des lèches bottes sans talent qui ont fait jouer leur carnet d’adresses, les grosses maisons d’édition, occupées exclusivement à publier des livres mal écrits et sans intérêt pour gagner de l'argent (sic), les petites, peuplées de minables incapables. A défaut d’être subtil, le message est simple, efficace et peut se résumer à deux mots : dans le monde de l’édition, tous pourris. Le mot d’ordre finit par attirer de plus en plus d’écrivains en devenir qui ne sont pas loin, à quelque nuance près, de penser la même chose. Les billets sont courts, le contenu directement puisé dans les pages « livres » des différents quotidiens et magazines nationaux, mais toujours présentés de telle sorte qu’ils viennent alimenter et justifier la thèse de l’auteur (« Tous pourris », donc). Les commentaires s’étoffent, les débats naissent, parfois intéressants, souvent stériles. Qu’importe : « Wrath » jouit à présent d’une certaine notoriété – pas toujours flatteuse il faut le reconnaître – dans le petit monde de la blogosphère littéraire.

J’ignore les qualités d’écrivain de cette jeune personne, mais une chose est sûre : elle est loin d’être bête. D’où la tentation, à mon avis, de systématiser et de radicaliser jusqu’à l’outrance un discours « anti-éditeur » qui n’était, à l’origine, que la manifestation d’un ressentiment naturel. Au risque de tomber dans un discours trop radical, d’où est exclu toute tentative de réflexion.

Mais le véritable enjeu se trouve ailleurs. Car ce faisant, « Wrath » occupe une « niche » encore inexploitée dans la blogosphère littéraire : la dénonciation « sans aucune concession » du monde supposément corrompu de l’édition. Beaucoup on remarqué qu’en agissant de la sorte, notre bloggeuse adoptait une attitude suicidaire qui réduisait à néant toute chance de se voir un jour éditée.

A tout bien réfléchir, ce n’est pas si sûr. Car certains éditeurs, afin de s’assurer un minimum de vente, aiment à s’appuyer sur une notoriété, quelle que soit son origine.

Et cette notoriété « bankable », « Wrath » est en passe de l’obtenir avec l’affaire « Dantec ». Résumé : il y a quelque temps notre bloggeuse accuse dans un de ces billets le romancier de faire appel à des « nègres » pour rédiger ses romans. Les sources de cette accusation sont, encore à ce jour, obscures et leur véracité difficilement vérifiable. Le billet en question provoque un certain nombre de réactions plus ou moins offusquées, puis tout finit pas se tasser. Jusqu’à ce que l’affaire rebondisse de façon inespérée lorsque l’accusé lui-même, Maurice Dantec, prend sa plume et répond à « Wrath sur le blog des éditions Léo Scheer (lui-même depuis longue date en délicatesse avec la bloggeuse, suite au refus de son manuscrit). Passons sur le contenu de cette « réponse » complètement déplacée et puérile (Si Dantec se sent diffamé, qu’il prenne les services d’un avocat, ce sera sans doute plus efficace que ce déversement de bile) pour nous intéresser aux retombées médiatiques de « l’affaire ».

Les réactions et commentaires qu’elle a suscités offrent à « Wrath » un surplus de visibilité fort bienvenu, qui pourrait laisser à penser que tout était prémédité depuis le début (tout comme les attaques envers Gilles Cohen-Solal, éditeur chez Héloïse d’Ormesson, qui lui aussi a refusé le manuscrit de Wrath). Nous serions donc en présence d’une stratégie intelligemment menée et il faut l’avouer assez gonflée (car les risques juridiques sont bien réels).

Reste à présent à observer comment tout cela évoluera. Un éditeur alléché par l’odeur du buzz va-t-il se rapprocher de notre bloggeuse ? (On imagine d’ici le bandeau : «  Le premier roman de celle que les éditeurs détestent »). Peu importe d’ailleurs la qualité du roman proposé, puisque seul le buzz servira de moteur aux ventes.

Mais étant donné l’intégrité affichée de Wrath, il semble peu probable qu’elle puisse un jour tomber dans une de ces petites manipulations éditoriales qu’elle-même ne cesse de dénoncer à longueur de post…

Une question se pose alors : à quoi aura servi toute cette stratégie ?

Tout cela donne mal à la tête, je retourne me coucher !

Le blog de WRATH

Le blog de Léo Scheer
J'avoue que ne comprends pas vraiment le positionnement de cette éditeur, sauf à l'expliquer par la recherche du "Buzz" à tout prix. 

(Surtout, pensez à prendre une aspirine avant de cliquer sur les liens)

07/03/2010 : Suite à une menace de procès en diffamation de la part de "Wrath", les éditons Léo Scheer ont supprimé de leur blog la lettre de Dantec. Fin de l'histoire ?



Martine Reine du Buzz

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article

commentaires

MrG 06/07/2011 22:04



Bien le bonjour
3 points m'interpellent dans ce sujet :
- le blog intéresserait une cinquantaine de personnes voire une centaine d'autres. Cela relève-t-il d'un véritable buzz ? J'en doute et j'ai plutôt l'impression que cette polémique reste
marginale. Je doute encore plus qu'un éditeur s'intéresse à une bloggeuse suivie seulement par 50 personnes, si c'est juste pour vendre 50 exemplaires, autant passer son tour.


- Dantec ferait appel à un nègre. Peut-être que c'est vrai, peut-être pas. Et si c'était vrai comme dirait notre Marc nationaln, vu l'écriture cahotique et souvent imbuvable depuis
Villa Vortex mais pas dans la totalité des romans. Ce nègre écrirait-il les parties lisibles ou l'inverse ? Et dans ce cas il faudrait vite en changer. Ou serait-ce les idées de Dantec qui
seraient trop chaotiques pour être mises en forme dans un langage compréhensible de tous. Au final je n'ai pas l'impression que la version d'un nègre soit crédible.


- Enfin, Wrath cherche à se faire éditer à tout prix, pourquoi ? reconnaissance personnelle ? Appât du gain ? Devenir célèbre ? Le livre surpasse son auteur. Alors écrivons des livres si une
histoire demande à être accouchée et non pas pour se faire un nom ou une notoriété.


Sur ce, bonne soirée



Patricia Turcotte 10/04/2010 04:07



Écrire son premier livre. Quel rêve que je souhait réaliser très bientôt, soit de voir publier mon premier roman réalité. Pour cela, je dois partir à la recherche d'un (e) accompagnateur sérieux
qui pourra réviser et corriger mon oeuvre à peu près terminée. Cette personne devra m'accompagner pour la remise du livre à une maison d'Édition sérieuse, jusqu'au lancement et à la promotion du
livre. Lire mon texte de ce jour sur mon blog personnel de simple citoyenne, intitulé: LES ÉCRITURES DE PATRICIA TURCOTTE à l'adresse: patricia-turcotte.blogspot.com


Patricia Turcotte


Saint Georges ( Québec )


Le 09 avril 2010



Aloysius Chabossot 12/04/2010 10:04



Bonne chance pour cette offre d'emploi...



Marc Archippe 10/03/2010 19:58


Mon cher Aloysius
Juste un mot sur le système Blog Wrath et j'y suis interdit depuis deux jours (ce que je vais vous dire explique pourquoi elle est rentrée en furie...) Koala avait écrit à propos du
biller sur la Shoa: "il y a quand même des glissements bizarres" et vous il avait raison. Wrath utilise la Shoa pour son propre marketing avec une intelligence époustouflante... Dans son
billet , vous l'avez noté, elle fait une (apparente) faute en disant:"Il y a quelques années, Tim Cole annonçait déjà la fin de l’Holocauste..."
Je suis allé taper "fin de l' holocauste" sur Google et devinez qui est 5 eme au milieu des sites consacrés à ce drame...? Banco: Wrath.
Comme je ne posterai plus chez cette malade et que vos propos étaient de qualité je viens donc ici vous dire au revoir, je suivrai votre travail d'écriture en passant de temps en temps ici
Marc ARCHIPPE
PS vos billets sur Brive, c'est du vécu...je peux l'assurer...rires!


Aloysius Chabossot 11/03/2010 09:35


Cher Marc,
Dans la mesure ou l'expression "fin de l'holocauste" n'est pas pertinente (ça ne veut rien dire en soi) et par la même très peu utilisée,  c'est normal que sa recherche
dans google donne wrath en 5ème position.  C'est mon explication. Mais je ne sais pas si cette "faute" est volontaire (elle n'écrit pas très bien parfois).
Quoi qu'il en soit, vous êtes toujours le bienvenu ici, en visite ou pour vous exprimer ! 


Bon Sens 09/03/2010 14:56


E N O R M E !!!
Moi qui n'ai rien à voir ni avec le monde de l'édition ni avec le monde des écrivains, je trouve le procédé énorme et gonflé... car mon petit doigt me dit que dans un monde qui se gave de scandales
et de médisances, ce procédé là a toutes ses chances d'aboutir.
J'avais pris beaucoup de retard sur les polémiques de Warth puisque j'en étais encore à la descente en flamme d'Anna Gavalda !
Ainsi mes pendules sont remises à l'heure :)


Aloysius Chabossot 09/03/2010 16:14


Moi j'aiemrai bien que ça aboutisse, ça serait rigolo ! :)


Line 08/03/2010 19:55



Mais, Aloysius Chabossot, ne s'agit-il pas de la mise en pratique de vos judicieux ou pernicieux
conseils "les chemins hasardeux de l'édition" page 170 de votre ouvrage "Comment devenir un brillant écrivain alors que rien (mais rien) ne vous y prédispose" ?


- " La technique du "Cheval de Troie" ou : "Créer  une polémique de toutes pièces"


Ce stratagème se déroule en plusieurs temps :


. écrire un texte le plus méchant possible sur un personnage public (chanteur, acteur, écrivain, etc.) dont vous savez, par ouï-dire, que le fan-club est plus que
chatouilleux ; (... / ...)


. attendez un peu. Normalement, les réactions ne devraient pas tarder à arriver.


Avantages : vous allez avoir plein de commentaires.


Inconvénients : ce sont avant tout des insultes et des menaces d'émasculation. "


Source : "La méthode Chabossot"



Aloysius Chabossot 08/03/2010 23:21


Ah une lectrice fidèle et attentive, ça fait plaisir !
Vous avez parfaitement raison. Vous pouvez  même voir le résultat de l'expérience que j'ai menée à cette adresse :http://philotropie.over-blog.com/article-122137.html
Mais il faut tout de même reconnaitre que la mise en application de Wrath a une autre envergure !