Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 19:35
Il arrive parfois, au gré de pérégrinations somnambulesques sur la toile, que la providence place sur notre chemin une imposante pépite littéraire sur laquelle - aveugles que nous sommes - nous nous empressons de trébucher. Mais tandis que la plupart poursuivent leur chemin en sautant sur un pied tout en se massant l'orteil endolori, je préfère pour ma part m'asseoir afin de tranquillement soulager ma douleur des deux mains. Et pendant que mes doigts experts s'affairent à masser mes appendices onglés, j'observe la pépite susnommée tout à loisir.
 Aussi l'autre jour suis-je tombé sur CA. Passé la première douleur, essentiellement visuelle, qu'entraine une observation prolongée de la couverture, j'ai décidé, la curiosité prenant finalement le dessus sur l'appréhension, de poursuivre ma visite. Voici donc relaté dans ces pages le récit véridique de mon étrange périple au pays d'Eddy Magior et de son mystérieux créateur, J-P Bâchet (à ne pas confondre avec le chanteur mort à grandes dents, Pierre Bachelet).

"Eddy Magior à l'école des puissances du néant"... Que voilà donc un titre prometteur ! Serait-on en présence d'un violent pamphlet battant en brèches les fondements des grandes écoles nationales , l'ENA, Sciences Po, les Mines ?
Point... Mais quoi alors ?
Bon, le néant, on voit vaguement ce que c'est : rien ou vraiment pas grand-chose. Alors apprendre au détour d'un titre que le néant possède ses propres puissances, c'est déjà un choc, mais savoir que ces mêmes puissances distillent leur enseignement au sein d'écoles dument organisées, avec probablement un système de contrôle continu sanctionné par un examen en fin d'année scolaire, ça nous laisse totalement pantois. Les sens à vif, je cherche à en savoir plus sur ce fameux roman. Je finis par tomber sur un résumé de l'histoire. Dès la première ligne, un trouble indéfinissable s'empare de moi :

"Un jour le pire se produisit. Pourtant, ce n’était que le commencement des phénomènes étranges."
 Le pire ne serait donc pas le pire ? Il y aurait encore plus pire que le pire ? Des phénomènes étranges, par exemple ? Mais quelle en serait l'horrifique teneur ?

"Les ampoules se mirent à claquer, des choses bizarres se multiplièrent ! "
Dame, effectivement ! Une ampoule qui claque, c'est déjà terrible, car la plupart du temps il fait nuit et on réalise subitement qu'on a oublié d'en acheter au Shopi samedi dernier (jour des courses). Mais DES ampoules qui claquent, alors là.... Il n'y pas de mots pour décrire une telle abomination, le plus horrible étant qu'on va être obligé de finir la partie de petits chevaux à la lueur vacillante d'une pauvre bougie, puis se cogner dans les murs en allant se coucher.
Quant aux choses bizarres qui se multiplient, déjà grandement éprouvé par la sortie de l'album de Carla Bruni et la grossesse de Rachida Dati, je préfère ne pas y penser. Le reste du résumé est à l'avenant, et rien que d'y songer j'ai les poils de l'avant-bras droit qui se dressent comme une forêt d'aiguilles à tricoter (j'ai un système pileux assez développé).
Mais qu'aperçois-je juste en dessous ? Un extrait du roman. Prenant mon courage à deux mains, je me lance:

"Soudain, trois corneilles leur bec ouvert, arrivèrent en rase-mottes tout près des nénuphars, des déflagrations retentirent, à la surface de l'eau, là où leurs pattes la touchaient. , et leurs corps se dilatèrent jusqu'à multiplier leur volume par sept. Une fois cette dimension atteinte, toutes éclatèrent et explosèrent. Leurs organes furent propulsés jusqu'à trois mètres de distance de la flore aquacole où elles avaient éprouvé cette métamorphose fatale.
-Quelle chose ahurissante !, constata Eddy, sur ses gardes. "

On comprend que Eddy soit sur ses gardes. Cette histoire de grenouilles vertes qui se dilatent jusqu'à atteindre 7 FOIS leur volume... En plus juste après elles éclatent et elles explosent. C'est-à-dire qu'elles ont le choix, soit l'éclatement, soit l'explosion, ce qui, vous en conviendrez, laisse peu de chance à l'épanouissement futur de cette sympathique colonie de batraciens. Mais c'est ainsi que les choses se passent dans l'univers impitoyable d'Eddy Magior (impitoyable également pour les règles de concordance des temps, comme vous aurez pu le remarquer avec ce passage d'ores et déjà fameux : "Étrangement, les grenouilles vertes ne sautaient plus mais, au contraire, s'attardèrent sur leurs larges feuilles).

Dès lors la question se pose : mais qui est l'auteur ? Marc Lévy en pleine descente d'acide ? Christine Angot sous influence Doc Gynéco ? Rien de tout cela, puisqu'il s'agit de J-P Bâchet (je sais, je l'ai dit en introduction, mais j'ai oublié de me relire).

Mais qui est J-P Bâchet ? Sur ce point le site reste évasif, voire contradictoire.
D'un côté on trouve :

"J.-P. Bâchet est apparu au XXe siècle quelque part dans la Voie lactée. Il a toujours désiré dans sa réapparition, signer son époque, avec l’étoile scintillante le guidant sur son chemin intérieur."

De l'autre on peut lire :

"J.-P.Bâchet est né à Montargis, dans le Loiret, en France. Il est issu d’une fratrie de sept enfants. Il a quitté l’école de bonne heure et il a commencé à travailler très tôt. Travail : employé dans différents petits boulots de 16 à 21 ans. Entre dans une compagnie aérienne internationale qui lui permet d'explorer la planète."

Ainsi, Montargis dans le Loiret se situerait "quelque part dans la Voie lactée", à moins que ce ne soit le contraire.  Et l'on peut quitter tôt l'école et s'adonner à de petits boulots dans cet endroit de l'univers ?
Le mystère rôde, la confusion est à son comble.
Une chose est claire cependant, et nous pouvons l'affirmer sans risque de nous tromper : J-P Bâcret a bel et bien signé son époque avec l'étoile scintillante qui le guide sur son chemin intérieur.

Mais si l'auteur s'affirme comme un des maîtres du mystère, il se trouve être également un cador de première bourre en ce qui concerne le marketing littéraire. Un coup d'oeil à la page "Vidéo" suffit pour s'en convaincre. Là, l'auteur en personne explique en 6 langues différentes et dans une mise en scène qui ferait passer Orson Welles pour un Max Pécas de bas étages les raisons pour lesquelles il est impératif d'acheter son roman.

La version française, la plus sobre.

Ne reculant devant aucun sacrifice, J-P installe pour chaque vidéo un décor adapté au pays concerné : pâtes à la carbonara et bandana à la Berlusconi pour l'Italie, chapeau à large bord pour le Mexique, chapeau melon pour l'Angleterre... Le public international est particulièrement choyé.
 L'effort est d'autant plus méritoire que notre auteur ne semble pas particulièrement familiarisé avec les subtilités des langues présentées. Mais ces petites imperfections de prononciations sont largement compensées par une force de conviction sans pareille qui entraîne l'internaute fasciné à cliquer fébrilement sur le bouton "Commander le livre".
Ils sont d'ailleurs visiblement nombreux à être tombés sous le charme irrésistible d'Eddy Magior, et quelques-uns parmi les plus enthousiastes n'ont pu résister à la tentation de laisser un petit mot dans la partie "Avis des lecteurs". Plusieurs styles de fanatiques inconditionnels sont représentés :

Le fonctionnel
"Un livre dans l'air du temps car la jeunesse accepte l'irruption du merveilleux dans l'univers quotidien.." Le paroxystique "Le suspens maintient le lecteur dans un état inimaginable. Ce livre m'introduit dans des situations mystérieuses et inédites, pour un premier roman"

Le flagorneur
 "Vos héros sont attachants et vivent des aventures extraordinaires dans un cadre qui ne peut qu’exciter l’imagination."

 Le mystique
"Vous savez, ces entités appartenant à un autre plan de réalité, qui s'immiscent peu à peu dans le notre par le recours à des "signes" qui possèdent leur cohérence interne mais dont la signification nous échappe. Nous sommes en danger, nous devons nous convertir. Lisez et croyez, c'est le seul chemin. Utilisé conformément au mode d'emploi, Eddy Magior est sans danger."

Le sibyllin
"Publier un livre, obtenir la reconnaissance des Lettres, voilà le rêve d'un grand nombre d'écrivains en herbe. Il y a ceux qui restent au stade du rêve, et d'autres qui passent à l'action, pour le meilleur et pour le pire. Avec Eddy Magior à l'école des puissances du néant, nous sommes là face au .."

L'ingrat
"Eddy Magior à l'école des puissances du néant une sorte de pâle copie d'un célèbre sorcier britannique où, reclus dans son château familial ( les parents ont gagné au loto...), le petit Eddy se rend compte des pouvoirs magiques qu'il détient et va en user pour défaire le mal. Un vrai moment d'anthologie avec des phrases nanar cultissimes, et son style affreux. Un chef d'oeuvre dans le genre mauvais. Si vous avez trop d'argent et aimez les nanars, c'est l'occasion..."

Doté d'une vision à très longue distance, et face au succès très prévisible que son roman va rencontrer à l'échelle mondiale, J-P a déjà prévu toute éventualité. Ainsi sur la partie "Don", juste au-dessus d'une fenêtre Paypal et Allopass (on a le choix) voici ce qu'on peut lire :

"Faire un don pour Eddy Magior
Je désire réaliser le tournage d'un film Cinéma & Télévision sur l'aventure d'Eddy Magior à l'école des puissances du néant."

Ainsi, si Steven Spielberg passait dans le coin, il pourrait en un simple clic et moyennant une somme qu'il aura lui-même choisie, acquérir les droits d'adaptation d'Eddy Magior pour le cinéma. C'est simple, pratique et terriblement efficace.
Alors, Eddy Magior digne successeur d'Harry Potter sur les étals des libraires et les écran de cinéma ? A n'en pas douter, car comme il est dit en page d'accueil du site officiel : J.-P. Bâchet dévoilera d’autres aventures d’Eddy Magior pour ses groupies du monde entier.

La saga ne fait que commencer, pour le plus grand plaisir des petits et des g
rands !


J-P, quelque part dans la Voie lactée




Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Actualité littéraire
commenter cet article

commentaires

Morgane 16/08/2009 22:26

Je me suis délectée de cet article que vous avez écrit avec beaucoup d'humour et d'intelligence.

Aloysius Chabossot 19/08/2009 10:05


Merci pour ce compliment !


Beaujean 06/12/2008 00:33

J.-P.Bâchet sera en dédicace le 13 et 14 décembre 2008 pour la sortie de son premier roman Eddy Magior à l'école des puissances du néant, publié chez editions-abm

Marché de Noël, à 77830 Pamfou dans la salle polyvalente

Amenez tous vos stocks d'exorcismes, la vengeance des puissances du néant vous guette à PAMFOU, ville qui rejoindra bientôt ARKHAM dans les archives du mystère et de l'inexplicable de l'indicible et même de l'insondable... Oserais-je même, de l'innomable, voire même, pour écrire comme le maître JPB, de l'abomination abominable.
Craignez Chthulu !

rameau 19/11/2008 23:40

j'ai dégusté ce billet comme une bonne grosse chopine de bière. j'ai du réfréner mes éclats de rire pour ne pas réveiller bobonne (il est 23h37). J'aime que vous soyez brillant, ironique et surtout jamais méchant; c'est un dosage délicat. je suis très heureux d'avoir découvert votre blog.

Maudit-bic 19/10/2008 19:41

Voilà t'y pas que ce grand mal poli de Beaujan poste chez vous Aloysius !
Mais qui est J.P. Bâchet ? (roulement de tambour).

Aloysius Chabossot 22/10/2008 23:17


Je ne connais pas ce Beaujan...pas plus que J-P Bâchet d'ailleurs (à mon grand regret, croyez-le bien)


scoop 16/10/2008 22:26

Moi j'aimerais bien qu'on ne s'acharne pas sur lui. Quelle est la différence entre lui et, pour prendre un exemple au hasard, moi ? Nous avons, tous ceux qui écrivent, la même foi dans l'écriture, dans le livre-roi, dans l'Aventure. D'où que ça vienne, j'admire et je me sens frère.
Sur le forum, nous ne représentons qu'une partie des lecteurs de SF,Fantasy dans une petite partie des lecteurs tout court, qui ne sont qu'une petite partie des gens de ce pays (et j'évite d'employer des gros mots comme "jeune", "cultivé" ou "bourge" ).

Aloysius Chabossot 17/10/2008 11:09


Ne vous inquiétez pas, J-P Bâchet m'a tout l'air d'un solide gaillard.

Mais de quel forum parlez-vous, au juste ?