Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

(cliquez sur la photo)


 

12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 23:19

Vous voulez vous lancer dans l’écriture d’un roman, mais vous n’avez pas d’histoire. Inutile de mettre la charrue avant les bœufs (sinon les beaufs montent dedans, refusent obstinément d’en descendre en vous faisant des grimaces, et vous voilà bien avancé) : il vous faut en premier lieu un héros.

Sans héros, pas d’histoire.

Il est également possible que vous n’ayez pas de héros. Dans ce cas, je vous propose de suivre ma méthode.

Prenez un dictionnaire (français de préférence) ouvrez-le à n’importe quelle page et pointez votre majestueux index au hasard sur le livre ouvert devant vous. Si vous tombez sur « exégèse », recommencez. Si vous tombez sur « furoncle » également. Persévérez en fait jusqu’à ce que votre attente soit tout à fait satisfaite.

Ne reculant comme accoutumée devant aucun sacrifice, j’ai payé de ma personne en me livrant personnellement à cette petite expérience.

 

Compte rendu

 

Au bout d’une petite heure, alors qu’une ampoule douloureuse commençait à pointer à l’extrémité de mon majestueux index, je suis enfin tombé sur LE mot, celui qui, je le pressentais, allait m’ouvrir les horizons infinis de mon imagination jusque-là bridée par la mentalité étriquée de comptable assermentée que je tiens de mon grand-père.

Ce mot était : canard.

Mon héros serait donc un canard, ainsi en avait décidé, après maintes circonvolutions, mon majestueux index.

Bien.

Je m’asseyais aussitôt sur mon fauteuil en rotin (le même qu’Emmanuelle) et laissait vagabonder mon esprit au gré de sa fantaisie…

Il s’agirait d’un canard tout à fait bien de sa personne, au visage aimable et harmonieux, au plumage brillant et doux au toucher, bref, ce que l’on a commune d’appeler un beau brun de canard. Seulement, ce gracieux volatile est malheureux (les canards heureux n’ont pas d’histoire). Son compagnon est parti un jour pour la lointaine Afrique (l’histoire se déroule en Eure-et-Loire) et n’est jamais revenu (on apprendra dans un second volume actuellement en préparation qu'il s'est, en atterissant, malencontreusement empalé sur la corne d'un rhinocéros).

Après un temps de vague à l’âme, les choses de la vie étant ce qu’elles sont, notre oiseau décidede se mettre en quête d’un nouveau compagnon. Hélas son entourage se compose de blaireaux, de mulots, de coq de bruyère, de raton-laveur, d’une très grande diversité de petits animaux en tout genre, mais pas de canard.

Mais notre héros, doté d’un tempérament volontaire, possède plus d’un tour dans son sac. Il achète dans un magasin de farces et attrapes un masque de Donald Duck et le colle sur le museau d’un lapin qui depuis quelque temps lui tournait autour. Le lapin transpire sous son masque, mais tout à son bonheur, il fait comme si de rien n’était. Quant à notre héros, il finit par oublier que son compagnon n’est pas vraiment un canard. Ils coulent ainsi des jours heureux, et ont ensemble beaucoup de… [la fin demande encore a être travaillée]

 

Si vous trouvez cette histoire stupide, c’est que vous n’avez aucune imagination, ou qu’elle est bridée par une mentalité de petit épargnant avaricieux. Auquel cas je ne saurais trop vous conseiller d’essayer ma méthode.

 

Le canard, digne héros des temps modernes

Partager cet article

Repost 0
Published by Aloysius Chabossot - dans Comment écrire un roman
commenter cet article

commentaires

la pintade aixoise 28/07/2011 21:08



Je suis tombée sur Alexandre le Grand. J'ai triché.


La pintade que je suis est intéressée au plus au point par cette histoire de basse-cour. Par ailleurs je me demande si Pilar est une vraie personne ou si tu (vous ?) as créé son commentaire. Si
tel n'était pas le cas, la rédaction d'un article sur la notion de second degré et sur l'humour de façon plus générale s'impose :-) Merci pour ce blog érudit et rafraîchissant.



Aloysius Chabossot 29/07/2011 09:24



Non, je ne connais pas ce Pilar. C'est donc lui qui a écrit le commentaire très sympathique que l'on trouve ci-dessous.


Mais globalement, j'ai pu remarquer que l'humour, et le second degré, n'étaient pas partagés par tous, et pas de la même manière. Ce constat pourrait s'avérer source de déception et de grande
tristesse, alors qu'en réalité c'est une manne inépuisable de divertissement (à qui sait prendre la vie du bon côté, bien sûr).


 


Mes amitiés, chère Pintade.


Merci de votre passage.


N'oubliez pas d'écrire un roman avec Alexandre le Grand et un cochon de lait (par exemple).



Esperluette 22/09/2010 15:41



Je suis restée un petit moment sur ton blog et j'ai bien ri ! Un peu de légèreté, c'est bon !



Aloysius Chabossot 23/09/2010 09:25



Merci pour cette sympathique visite !



eurélienne 25/07/2010 17:23



Eure et Loir, sans e...



Aloysius Chabossot 29/07/2010 11:30



j vous rmrci pour ctt prcision.



Pilar 14/07/2010 03:04



hello


j assume, ma plume et surement tres mauvaise,


mais au moin jai pas besoin de pointer mon doigt sur un dictionnaire pour imaginez des betises pareil, jai jamais lu un texte aussi bas.


Jai pas besoin non plus de traduire mes textes en dix langues, pour faires passer mes messages, ridicule parlez vous autre chose que tu francais d abord?



Aloysius Chabossot 19/07/2010 10:30



Vous avez raison d'assumer.



isabo 16/01/2010 13:51


Ce canard est un canard intriguant mais décourageant aussi ^ ^ ça ne m'a pas beaucoup aidé à trouver mon personnage, enfin, moi qui ne manque pas d'inspiration mais surtout d'imagination, je vais
me faire comme nouveau copain le dictionnaire, je trouverai toujours...